Dandy, dandysme et Baudelaire

" Le mot dandy implique une quintessence de caractère et une intelligence subtile de tout mécanisme moral de ce monde" (Charles Baudelaire, Le peintre de la vie moderne). Baudelaire mis en chant et en pop par François Atlas. Baudelaire replacé dans l’histoire du dandysme, cet art de surface par la philosophe et psychanalyste Françoise Coblence.

https://www.franceculture.fr/emissions/poesie-et-ainsi-de-suite/baudelaire-par-la-cravate

Mettre du génie dans sa vie. Une possible entrée dans l’identité du dandy que fouille Françoise Coblence depuis longtemps avec les outils de la philosophie. Et mettre du génie dans sa musique. Une possible entrée dans le dernier album de Frànçois Atlas, partie saillante et chantante du groupe franco-britannique, Frànçois and the Atlas Mountain formé il y a treize ans à Bristol. Un album solo comme un pas de côté, essoré en huit titres cousus sur huit poèmes choisis dans Les fleurs du mal, construisant au passage un personnage avec costume et voix infusé à la langue de Baudelaire. Costume comme l’un de ces minuscules détails qui font le dandysme dont vous analysez Françoise Coblence l’incertaine identité dans une réédition augmentée du "Dandysme" aux éditions Kliencksieck. Dandy comme Brummell (1878-1840), le premier et l’unique, dandy comme celui que la littérature du 19ème siècle a réinventé, dandy comme un personnage qui se construit lui-même et parait ne dépendre que de lui.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.