Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Lien 2 avr. 2022

Vaccin contre le CoVid-19 : le grand gâchis

Selon « Airfinity », une société d’analyse de données de santé, 240 millions de doses de vaccins ont fini à l'incinérateur dans les pays riches. Le bilan mondial du gaspillage est peut-être deux fois plus élevé, car les pays du Nord ont donné des millions de doses de vaccins juste avant leur péremption. Cela contredit l'intérêt d'avoir fait appel aux cabinets conseils pour 894 millions d'euros.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-sciences/le-journal-des-sciences-du-mardi-29-mars-2022

Ce gaspillage scandaleux de médicament - et de fonds publics (ayant servi à les payer) - met en cause l'efficacité des cabinets conseils et leur prix exorbitant de 894 millions d'euros, autre scandale, versés par l'exécutif.

Les pays riches ont jeté 240 millions de doses, dont 218 000 pour la France.

Les pays du nord  qui s’étaient engagés à donner une partie de leur stock aux pays du sud, via le dispositif Covax, ont envoyés des produits presque périmés et ceux que leur population refusait, tel que Jensen ou Astrazeneca, car leurs populations en voulaient moins.

A cela s'est ajouté une logistique inadaptée et défaillante. Preuve supplémentaire de la perfectibilité de l'intervention des cabinets conseils : « Je suis très content que ces affaires sortent, on vendait des fortunes des trucs effarants de nullité », dénonce un ancien consultant (Médiapart).

Quelle différence de fond y a-t-il entre le scandale des sondages de l'Elysée et celui de l'appel aux cabinets conseils pour près d'un milliard par an ?

Prolonger :

Les chiffres des stocks de la société d'analyses de données de santé Airfinity 
L'enquête de Lise Barnéoud (Le Monde)
Les données de vaccination OurWorldInData

Arrêt sur images :

Consultants : "On ne sait jamais vraiment ce qu'ils font" - McKinsey et les autres

À la surprise générale, le sujet des derniers jours avant le premier tour de l'élection présidentielle est l'infiltration massive des cabinets privés de conseil, dont McKinsey, dans les ministères (de la Santé, de l'Éducation) et les lieux de pouvoir. Est-ce qu'on fait beaucoup de bruit pour rien, ou est-ce que ce recours était recouvert depuis des années par une omerta complice ? Pour en débattre, Daniel Schneidermann reçoit le journaliste à L'Obs Matthieu Aron, coauteur avec Caroline Michel-Aguirre de Les Infiltrés, comment les cabinets de conseil ont pris le contrôle de l'État (Allary, 2022) et Benjamin Polle, journaliste au site spécialisé Consultor

Médiapart :

Cabinets de conseil : « On veut transformer l'administration sans elle, contre elle »

Comment qualifier l’emprise des cabinets de conseil au cœur de l’État ? Nous en discutons avec Sophie Taillé-Polian, sénatrice, membre de la commission d’enquête du Sénat, Julie Gervais, politiste, Caroline Michel-Aguirre, journaliste et coautrice de l’ouvrage Les Infiltrés et Sarah Brethes, journaliste du pôle enquête de Mediapart.

Cabinets de conseil : une commission d’enquête sénatoriale dénonce un « phénomène tentaculaire » au sein de l’État

En 2021, l’État a payé plus d’un milliard d’euros de prestations à des cabinets de conseil. Dans un rapport publié jeudi, une commission d’enquête sénatoriale s’alarme et appelle à encadrer le recours, opaque, à ces consultants privés. Scandale dans le scandale, elle accuse en outre McKinsey d’optimisation fiscale.  17 mars 2022 par Sarah Brethes

Prestations offertes et jeux d’influence : révélations sur McKinsey et Emmanuel Macron

Le cabinet de conseil, au cœur de la polémique pour avoir bénéficié depuis 2017 de contrats contestés, a travaillé gratuitement pour Emmanuel Macron dès son arrivée au ministère de l’économie. Des consultants de McKinsey révèlent à Mediapart la stratégie d’influence qui a alors été déployée autour du futur président de la République. 31 mars 2022  Sarah Brethes et Antton Rouget

Ces cabinets de conseil qui coûtent cher à la justice

Les États généraux de la justice ont coûté près d’un million d’euros, versés à deux cabinets de conseil. D’autres consultations et audits confiés à des cabinets privés par le ministère de la justice posent la question de l’utilisation des fonds publics. 31 mars 2022 par Michel Deléan et Camille Polloni

Affaire McKinsey : « En déléguant des missions, l’État s’affaiblit »

En documentant le recours aux cabinets de conseil, le Sénat a révélé un phénomène méconnu du grand public, mais bien identifié des fonctionnaires. Ce n’est pourtant « que la face émergée d’un phénomène d’externalisation » plus large, alerte Arnaud Bontemps, membre du collectif Nos services publics. 1 avril 2022 par Caroline Coq-Chodorge

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof