Mais où est donc passée la République numérique ?

"Les administrations (...) veillent à préserver la maîtrise, la pérennité et l'indépendance de leurs systèmes d'information. Elles encouragent l'utilisation des logiciels libres et des formats ouverts lors du développement, de l'achat ou de l'utilisation, de tout ou partie, de ces systèmes d'information." Art. 16 de la Loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 « Pour une République numérique »

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=02AABF3BBF4BBC336635BED9771919B5.tplgfr30s_1?idArticle=JORFARTI000033203039&cidTexte=JORFTEXT000033202746&dateTexte=29990101&categorieLien=id

L'esprit de la loi de 2016 est à l'opposé du modèle privé de "start-up nation" promu par l'exécutif.

Le logiciel libre propose une alternative économique et numérique au modèle propriétaire importé - ou imposé - des Etats Unis qui compromet la sécurité du pays :

Exclusif - Microsoft : menace sur la sécurité de l'Etat Par Leila MinanoBenoît Drevet et Loïc Tanant “Cash Investigation” Publié le 20/05/2017

Voir ég. L’Union européenne et l’épineux problème de la dépendance aux logiciels Microsoft

 

A l'opposé de l'opportunité que permet le logiciel libre à dynamiser les territoires, l'exécutif ne développe pas une stratégie d'indépendance économique mais au contraire fait de plus en plus dépendre l'activité d'investisseurs étrangers :

" Choose France 2020 " 20 janvier 2020

Dans l'enceinte prestigieuse du château de Versailles, le chef de l'Etat a invité en grande pompe plus de 180 chefs d'entreprise représentant plus de 40 nationalités différentes. Ont été annoncés notamment Susan Wojcicki (Google), Lawrence Culp (General Electric), Michael Froman (Mastercard), Reed Hastings (Netflix), James Quincey (Coca-Cola), Warren East (Rolls Royce), ou encore Alan Jope (Unilever). Une trentaine de dirigeants français ont également été conviés à ce rendez-vous annuel avec Patrick Pouyanné (Total), Ludovic Le Moan (Sigfox) ou Jean-Laurent Bonnafé (BNP-Paribas).

Juste avant la catastrophe épidémique, amplifiée par la réduction des budgets de la santé publique et la désindustrialisation en fournitures sanitaires, l'exécutif a communiqué sur une annonce d'argent magique pour les grosses entreprises : " Choose France 2020 " : 9 entreprises qui vont bénéficier des 8 milliards d'investissements annoncés - dont la société à laquelle est lié le secrétaire général de l'Elysée

 

Mise en oeuvre et contrôle de la république numérique prévue par la loi de 2016 :

La direction interministérielle du numérique (DINUM) :

La direction interministérielle du numérique (DINUM) est en charge de la transformation numérique de l’État au bénéfice du citoyen comme de l’agent, sous tous ses aspects : modernisation du système d’information de l’État, qualité des services publics numériques, création de services innovants pour les citoyens…

Le socle interministériel des logiciels libres (SILL)

Le socle interministériel des logiciels libres (SILL) 2020 est publié. Ce catalogue de référence des logiciels libres pour les administrations est le fruit d’une collaboration fructueuse d’agents publics informaticiens, avec l’appui de la direction interministérielle du numérique (DINUM). 4 mai 2020

Voir ég.

Circulaire du Premier ministre sur l’usage des logiciels libres dans l’Administration

Télécharger la circulaire du premier ministre Jean-Marc Ayrault du 19 septembre 2012 concernant l’« Usage du logiciel libre dans l’administration ».

 

 

Associations promouvant le logiciel libre :

April

Pionnière du logiciel libre en France, l'April, constituée de 3966 adhérents (3660 individus, 306 entreprises, associations et organisations), est depuis 1996 un acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du logiciel libre et des standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l'espace francophone.

Framasoft

Framasoft, c’est une association d’éducation populaire, un groupe d’ami·es convaincu·es qu’un monde numérique émancipateur est possible, persuadé·es qu’il adviendra grâce à des actions concrètes sur le terrain et en ligne avec vous et pour vous !

La quadrature du net

La Quadrature du Net promeut et défend les libertés fondamentales remises en question par certains usages des outils informatiques. L'association lutte par exemple contre la censure et la surveillance, que celles-ci viennent des États ou des entreprises privées.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.