Grenoble : quand un préfet et un procureur s'emballent

Eric Ciotti met le feu aux poudres avec un Tweet. Emballement médiatique politique et judiciaire à Grenoble à propos d'un clip de rap tourné en face d'une caserne de CRS à la cité Paul Mistral. Cela interroge sur la connaissance des quartiers, la validité des déclarations des autorités et des procédures. Personne n'évoque la stigmatisation de la population de la Cité.

https://www.francetvinfo.fr/societe/clip-de-rap-ou-trafic-de-drogue-trois-questions-sur-les-videos-virales-qui-ont-declenche-operation-de-police-massive-a-grenoble_4091567.html

Une intoxication médiatique a provoqué un branle bas le combat, sur lequel s'est greffé immédiatement une manipulation visant à promouvoir un renforcement de la politique sécuritaire et répressive.

L'instrumentalisation politique de cette actualité contre le maire de Grenoble interroge sur la neutralité des services publics d'Etat.

En effet, l'ensemble s'est fini dans le ridicule, impliquant notamment un ministre de l'intérieur, un procureur de la République et un préfet.

Ce n'était qu'une vidéo amateur de rap sur un réseau social., dans un genre musical très connu qui s'appelle du Gangsta Rap. C'est une oeuvre culturelle.

La justice engage néanmoins des poursuites contre le mineur de 16 ans ayant filmé avec son smartphone ses copains déguisés, avec des jouets et des bonbons.

 

Prolonger :

Ministère de la culture

 

Pourquoi la France intègre les revenus du trafic de drogue dans son PIB

L'Insee refuse encore de comptabiliser la prostitution.

 

France 3 : Trafiquants armés à Grenoble : Eric Piolle va être reçu par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin

Eric Piolle va être reçu par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin pour échanger sur la polémique qui enfle dans le quartier Mistral. Le maire de Grenoble veut se saisir de cette invitation pour porter "la voix des quartiers populaires".

 

Arrêt sur images : Dealers de Grenoble : tout le monde prend sa com'

Des hommes armés et cagoulés sur Snapchat, en plein mois d'août ? Une aubaine pour tout le monde : les chaînes d'info jouent à se faire peur, Darmanin accuse un maire écolo de laxisme, le préfet montre les muscles, les syndicats policiers éructent, Macron annonce un virage sécuritaire... et les dealers se font de la pub. Mistral gagnant.

Eric Ciotti n'a pas pu résister. Le 26 août, alors que France Bleu Isère et le Dauphiné Libéré venaient de révéler les deux vidéos tournées les 22 et 24 août dans le quartier Mistral à Grenoble, et diffusées sur Snapchat, qui montraient des hommes cagoulés et lourdement armés dans ce qui ressemblait à un point de deal, le député des Alpes-Maritimes y est allé de son tweet furibard : "À #Grenoble des narcostraficants (sic) opèrent en plein jour à ciel ouvert à l'arme de guerre dans un jardin pour enfants. Il est temps de nettoyer nos villes et quartiers des délinquants et criminels qui pensent en être les nouveaux maîtres." Ce 26 août, la "France Orange Mécanique" chère à Laurent Obertone et la droite tendance sécuritaire s'invitent en cost...

 

Interview de Cyrille Putman sur les méfaits de l'héroïne

« Première pressions à froid », Robert Laffont, 233 p., 21,50 euros.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.