Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

229 Billets

2 Éditions

Lien 3 juin 2021

Chronique de la flicosphère sur France info à propos de Bernard Squarcini

Pantouflage de policiers : Bernard Squarcini, l'ex-patron du renseignement mis en examen pour ses activités depuis sa reconversion dans le privé.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/recherche-d-emploi/fonction-publique/video-pantouflage-de-policiers-bernard-squarcini-l-ex-patron-du-renseignement-mis-en-examen-pour-ses-activites-depuis-sa-reconversion-dans-le-prive_4645737.html

Bernard Squarcini aurait-il utilisé ses réseaux d'ancien policier pour obtenir des informations sur des enquêtes en cours ? Cet extrait de "Complément d'enquête" retrace le parcours du "Squale" : promu à la tête du renseignement intérieur par Nicolas Sarkozy, écarté par François Hollande, puis reconverti au service de la sécurité de grands groupes tel LVMH... L'ex-patron de la DCRI est aujourd'hui en pleine tourmente judiciaire. 

Quand nos élites quittent la fonction publique pour le privé, motivées par un salaire jusqu’à cinq fois supérieur... En se penchant sur une pratique encore taboue, le pantouflage, ce sont les coulisses de la République que dévoile "Complément d'enquête" le 3 juin 2021.

Il y a ces énarques qui deviennent banquiers, mais aussi ces gradés de la police qui rejoignent la sécurité privée : ils seraient une soixantaine chaque année. Confier leur sûreté à d'anciens policiers ou militaires serait devenu un réflexe dans les grandes entreprises. Parmi les exemples célèbres, il y a l'ex-coordinateur national du renseignement Ange Mancini, recruté par Bolloré, ou encore l'ancien patron du Raid Jean-Louis Fiamenghi, devenu directeur de la sûreté chez Veolia.

"On m'a forcé à aller dans le privé"

Le code de déontologie des fonctionnaires interdit aux policiers qui rejoignent le privé toute relation professionnelle avec leurs anciens collègues pendant trois ans. Mais certains semblent avoir une lecture toute personnelle de ces règles... Ainsi, Bernard Squarcini, ancien patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, devenue DGSI), est soupçonné d'avoir profité de ses réseaux pour obtenir des informations sur des enquêtes en cours ou faire surveiller des personnalités. 

Celui qui est surnommé "le Squale" a été promu directeur du renseignement intérieur par Nicolas Sarkozy, en 2008. Quatre ans plus tard, il sera écarté par François Hollande, qui le nomme préfet hors cadre. Une mise au placard, expliquait l'intéressé il y a quelques mois sur une chaîne YouTube : "J'ai choisi la fonction publique. On m'a interrompu dans ma carrière, je le regrette. On m'a forcé à aller dans le privé." Mais le grand flic déchu a vite rebondi, en fondant sa société de sécurité privée, Kyrnos Conseil.

Principal client de sa société : LVMH, propriété de Bernard Arnault

Ce qu'il ignorait alors, c'est qu'il était placé sur écoute dans le cadre d'une enquête sur le financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy. Ces enregistrements de conversations, entre mars et avril 2013, ont été dévoilés par Mediapart. On y découvre les pratiques d'un policier soupçonné d'avoir violé les règles. Dans cet extrait, l'ancien patron du renseignement téléphone à un proche qui se montre impressionné par son "carnet d'adresses épouvantable", lui faisant miroiter ses "gros contrats avec des mecs qui paient rubis sur l'ongle". L'un de ces gros contrats a été signé avec le groupe LVMH, que dirige Bernard Arnault. C'est le principal client de Kyrnos Conseil. Le géant du luxe s'offre ses services pour une dizaine de milliers d'euros par mois… par exemple pour surveiller les membres de Fakir, un journal dirigé par François Ruffin.

Il risque jusqu'à dix ans de prison pour, notamment, trafic d'influence

Au-delà de cette affaire rocambolesque, l'ancien patron de la DCRI fait l'objet d'une enquête pour ses activités depuis sa reconversion dans le privé. Interrogé par "Complément d'enquête", Bernard Squarcini argue que ce qui lui est reproché "peut l'être à tous les gens qui ont intégré des grands groupes", à cette différence près, selon lui : "Moi, je n'ai pas intégré une boîte où je suis salarié, je me démerde tout seul, donc ça n'a rien à voir avec ceux qui ont pantouflé ou autre." Sa société Kyrnos Conseil, qui affichait en 2015 un bénéfice de 512 000 euros, semble tourner au ralenti depuis sa mise en examen. Lui risque jusqu'à dix ans de prison et une amende de 1 million d'euros pour, notamment, trafic d'influence. L'instruction est toujours en cours...

Extrait de "Grands flics, énarques : Quand nos élites se font débaucher !", un document à voir dans "Complément d'enquête" le 3 juin 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Prolonger :

Un commissaire détourne de l’argent, Darmanin détourne le regard

Par Pascale Pascariello

Un commissaire général, sévèrement épinglé par l’IGPN pour avoir détourné de l’argent du ministère, est passé en conseil de discipline il y a huit mois. La mise à la retraite d’office a été votée mais Gérald Darmanin n’a toujours pas signé le décret. Et le fonctionnaire continue de toucher un confortable salaire, à ne rien faire chez lui. La justice a ouvert une enquête préliminaire.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement