Le grand n'importe quoi vu d'Europe

L'administration du parlement européen tente de censurer la liberté d'expression des eurodéputés ; les Français font plus confiance en l'UE qu'en leur gouvernement pour défendre l'environnement ; l'UE tente de s'affranchir des USA dans l'affaire Iranienne et Donal Trump est une opportunité pour que les Etats garantissent à leur peuple une protection contre les dangers du néolibéralisme.

https://www.euractiv.fr/section/developpement-durable/news/les-francais-font-plus-confiance-a-lue-qua-leur-gouvernement-sur-lenvironnement/?utm_source=EURACTIV&utm_campaign=a9c44b70ba-RSS_EMAIL_FR_Derni%C3%A8res_infos&utm_medium=email&utm_term=0_c59e2fd7a9-a9c44b70ba-114472459

Sur Euractiv :

 

Le Parlement européen râle contre un eurodéputé France Insoumise Par : Aline Robert | EURACTIV.fr

La tentative de pression de l’administration du Parlement européen sur un tweet a choqué Younous Omarjee, qui dénonce une atteinte à la liberté d’expression. L’unité de « réfutation » des fake news du Parlement européen est à l’origine du débat.

 

Les Français font plus confiance à l’UE qu’à leur gouvernement sur l’environnement Par : Marion Candau | EURACTIV.fr

Les citoyens comptent surtout sur l’UE en matière d’environnement. La démission du ministre de la transition écologique vient, de fait, prouver que l’échelle nationale est compliquée pour les politiques favorables à l’environnement.

Ce ne sont pas « les lobbies » qui ont eu la peau de Nicolas Hulot, mais bien le soutien franc et entier d’Emmanuel Macron au commerce mondialisé et à l’industrie. Pesticides, perturbateurs endocriniens, chasse, mine en Guyane… rien ne « collait ». Un article de notre partenaire, le JDLE.

 

L’UE tente de dépasser les sanctions américaines avec un plan de soutien à l’Iran Par : Beatriz Rios | EURACTIV.com | translated by Manon Flausch

L’annonce du paquet d’aide arrive quelques semaines après l’entrée en vigueur des sanctions américaines contre Téhéran. Les sanctions ont un impact important sur les entreprises commerçant avec l’Iran, que Bruxelles considère illégal. Par conséquent, l’UE a réactivé son « statut de blocage ».

Ce mécanisme interdit aux Européens – tant aux entreprises qu’aux résidents – de se conformer aux sanctions américaines, bien que l’UE puisse autoriser dans certains cas un acteur économique à se conformer entièrement ou partiellement aux sanctions.

Nb : Voir en rapport l'article sur le comportement du directeur de l'EIB (banque européenne d'investissement), Werner Hoyer, qui préfère se soumettre au diktat de la législation américaine pour garder la possibilité de spéculer sur la dette colossale  (cf. par ex. le chantage FATCA que les banques belges refusent, à la différence des banques françaises qui s'y soumettent - pour les mêmes raisons que l'EIB ?) d'une économie US en faillite qui fait de la cavalerie, que de participer au développement économique d'un pays, l'Iran en l'espèce, ce qui est normalement l'objet de cette banque...

 

Comment protéger les travailleurs dans une économie ouverte Par : Robert J. Shiller | La Tribune

La guerre commerciale lancée par Trump est une tragédie internationale. Mais son issue pourrait être positive si nous prenons conscience des risques que le libre-échange fait courir à la population et si nous améliorons les mécanismes destinés à la protéger.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.