Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Lien 5 janv. 2022

" Les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder "

Pourquoi ce vocabulaire utilisé par le chef de l'Etat ? - Le Billet politique par Frédéric Says mercredi 5 janvier 2022

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-politique/les-non-vaccines-j-ai-tres-envie-de-les-emmerder

On s'est souvent plaint des interviews politiques trop fades. Des entretiens relus, amendés, aseptisés par les services de communication. Celui d'Emmanuel Macron, paru ce matin dans le Parisien-Aujourd'hui en France, n'est assurément pas de ce bois-là - ou plutôt de cette langue de bois-là.

Le chef de l’État, interrogé sur sa politique sanitaire, utilise même un verbe inhabituel dans la bouche présidentielle. Je cite Emmanuel Macron : « les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder ».

Alors quelle mouche a donc piqué le président de la République ?  

D'abord, sur le fond, il ne dit rien de nouveau. Que la contrainte soit mise sur les non-vaccinés, ce n'est pas un scoop. L'été dernier, il y a d'abord eu le passe sanitaire, puis à l'automne les tests payants. En décembre, Emmanuel Macron avait même reconnu qu'il s'agissait "quasiment d'une obligation vaccinale".  

Mais alors pourquoi le dire ainsi, dans ces termes ?

Plusieurs hypothèses, qui ne sont pas incompatibles entre elles :  

La première, c'est qu'il y a bien sûr une allusion à la formule de Georges Pompidou contre la bureaucratie : « arrêtez d'emmerder les Français », formule régulièrement reprise en politique [extrait sonore].

D'ailleurs Emmanuel Macron le glisse dans sa réponse au Parisien, « je ne suis pas pour emmerder les Français ». 

Sauf qu'en ne mentionnant pas expressément cette référence, Emmanuel Macron donne à sa phrase contre les non-vaccinés une tournure à la fois personnelle et agressive.

Deuxième hypothèse : le président, qui tente de décoller une image élitiste, a choisi à dessein un langage relâché pour s'exprimer dans un quotidien populaire. Peu après, il utilise l'expression « prendre un canon au bar », il parle de « restau », « de ciné ». Si c'est le cas, mauvais calcul, qui revient à confondre le langage courant et la trivialité.   

Troisième hypothèse, la plus vraisemblable : le chef de l’État pressent un basculement dans l'opinion. La veille, des images de militants anti-vaccins, agressifs, vociférant près de l'Assemblée nationale, avaient suscité une large réprobation sur les réseaux sociaux.  

Alors Emmanuel Macron a voulu capitaliser sur le ras-le-bol.

D'ailleurs, sa petite phrase est prononcée - le contexte est important - en réponse à une lectrice du Parisien. Une lectrice qui s'indigne des opérations chirurgicales déprogrammées dans les hôpitaux, à cause, dit-elle, des non-vaccinés qui occupent majoritairement les lits de réanimation.   

Mis en confiance par la tonalité de cette question, Emmanuel Macron fustige alors une « toute petite minorité de réfractaires », qu'il faut « réduire », en « limitant pour eux l'accès aux activités de la vie sociale ». « Les emmerder, on va continuer de le faire, jusqu'au bout », assure le président.  

Pris dans son élan, il va même plus loin. Il qualifie les anti-vax d'irresponsables. « Un irresponsable n'est plus un citoyen », assène Emmanuel Macron. 

Il n'évoque pas le civisme, mais bien la citoyenneté. Comme une forme de déchéance de citoyenneté.  

Et c'est là le tort d'Emmanuel Macron...

Oui, selon l'expression consacrée, président de tous les citoyens français, il en exclut une partie.  

Erreur symbolique, erreur politique, aussi.  

Cela va à rebours des vœux présidentiels pour la nouvelle année. « Bienveillance et unité », c'étaient les mots-clés.

A rebours aussi des déclarations du mois de décembre sur TF1, où Emmanuel Macron disait vouloir en finir avec les mots qui blessent :

« Il y a des mots qui peuvent blesser, et je pense que ce n'est jamais bon... Le respect fait partie de la vie politique. Et donc j'ai appris »

L'apprentissage et la pédagogie, c'est la répétition, certes. Mais voici donc une rechute.  

Alors un président devrait-il dire cela ? Non. Un candidat ? oui.  

Par cette déclaration, Emmanuel Macron a enfilé explicitement le second costume.  

Frédéric Says

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran