Quand France info néglige le devoir d'informer sur le commerce

L'ANSES préconise des mesures de sécurité à propos de pièces d'habillement polluées par des produits toxiques. France Info se limite à informer ses auditeurs de la nécessité de les laver sans expliquer les causes de cette pollution due au transport maritime par container en provenance de pays lointains. Evoquer les conséquences sans les causes est une information tronquée.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/info-france-inter-produits-chimiques-dans-les-vetements-l-anses-recommande-un-etiquetage-sur-les-risques-d-allergies_2833373.html

Le droit de savoir et le devoir d'informer imposent de délivrer une information complète, dans son contexte et sa mise en perspectives. Ce n'est sinin que du fait-divers qui ne permet pas de comprendre la situation dans laquelle il s'inscrit. Et c'est hélas ce qu'a fait France info avec le rapport de l'ANSES.

 

Il est paradoxal que France Info rappelle que :

  • Les experts de l'Anses, saisis en 2014 après des plaintes pour des allergies et irritations cutanées, ont analysé 25 vêtements achetés dans des magasins. Ces sous-vêtements, jeans, leggings et 14 paires de chaussures, qui avaient fait l'objet d'une plainte de consommateurs ont été examinés. "Au final, on a une dizaine de substances, qui pour nous, peuvent entraîner des problèmes de santé pour les consommateurs" (la liste est dans le rapport de l'ANSES et ses recommandations)

Mais oublie de préciser les précédents pouvant étoffer son analyse  :

Le cocktail chimique est copieux.

L'ANSES confirme en effet et " entre autres la présence de nonylphénols, de nonylphénols éthoxylates ou encore de formaldéhyde (et) des substances pouvant entrainer des dermatites de contact telles que la 1,4-paraphénylènediamine ou des dérivés organostanniques, ou des colorants azoïques " (la liste est plus longue dans le rapport de l'ANSES).

 

France info néglige aussi de rappeler que des l'ANSES avait déjà été saisie pour des produits toxiques prévenant les moisissures lors des transports - notamment maritimes (pour leur propriétés fongicides ) et par containers (cf. Le container et l’algorithme : la logistique dans le capitalisme global). Cet oubli préjudicie d'autant à l'information que Médiapart révèle un conflit d'intérêts entre l'exécutif et un gros transporteur maritime.

Commercialiser des produits neufs toxiques est d'autant plus inepte que le transport maritime est polluant (voir également dans Le Monde : La pollution du transport maritime plus dangereuse que celle du transport automobile).

 

France info oublie également de rappeler le droit que méprisent les acteurs publics et privés, à la différence des recommandations de l'ANSES.

France info aurait du souligner l'inaction fautive des autorités à laisser prospérer des pratiques commerciales illégales - tant en droit interne, qu'européen ou international - et dangereuses.

 

Le communiqué de l'ANSES (ré)alerte les consommateurs sur le fait que " le bon marché coûte cher " et, qu'en l'espèce, la croissance se fait au mépris de la santé des populations.

Les données scientifiques montrent que les industriels menacent de mauvaise foi la santé des consommateurs et des travailleurs. Cela fait l'objet d'un débat public abondamment commenté. Les dirigeants publics et privés ne peuvent pas prétendre ignorer ces informations de notoriété publique. Ils montrent en revanche qu'ils font prévaloir l'optimisation des profits à très court terme et un comportement de prédateur.

Il n'y a pas d'économie durable à menacer la santé des consommateurs par des produits qui préjudicient pareillement aux travailleurs et à l'environnement.

Ce modèle ne présente rien de bien différent au modèle productiviste soviétique. Les "investisseurs" sont les commissaires politiques du profit et la finance est leur parti unique. L'ineptie "des forces du monde ancien" est toujours au pouvoir (voir la vidéo de "entretien avec Romain Gary").

 

La rédaction de France Info peut s'améliorer en s'inspirant d'Antoine Mercier :

" Honorer le choix des auditeurs a toujours été mon premier souci. En tentant de rendre compte le plus honnêtement possible des affaires du Monde pour que peut-être il puisse devenir meilleur, car il faut avoir cette intention aussi pour faire un journal ; c'est-à-dire que le Monde peut-être transformé et n'est pas seulement un Monde qui s'imposerait et qu'on délivrerait comme une chose donnée, comme une chose indépassable ".

Informer n'est utile qu'à cette condition. Rapporter une information sans analyse critique, se limiter au factuel, est une logique de publicitaire.

 

 

Prolonger :

Alimentation dangereuse : une question de santé publique méprisée par le politique

S'empoisonner à bon marché est un facteur de croissance. C'est la conséquence de la mansuétude coupable, la complicité, des pouvoirs publics à l'égard d'une industrie agro alimentaire qui privilégie la chimie et le profit sur la santé du consommateur, à commencer par les ménages modestes contraints par le prix des produits. C'est donc le plus grand nombre qui est exposé au risque alimentaire.

Comment expliquer la baisse du QI dans les pays développés ?

Nos enfants seront-ils de moins en moins intelligents ? Depuis une vingtaine d’années, dans les pays développés, le QI serait en baisse. Plusieurs études en attestent. La dernière en date a été publiée lundi par des chercheurs norvégiens.

Barbara Demeneix, lanceuse l’alerte

Barbara Demeneix, biologiste, spécialiste des perturbateurs endocriniens, fait paraître Cocktail toxique : Comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau (Odile Jacob, octobre 2017).

Pourquoi la biodiversité est en danger

Le plan pour la biodiversité du ministre de l'Ecologie est censé ralentir les effets désastreux de l'activité humaine sur le monde du vivant. Alors que...

Glyphosate : pourquoi personne n’est d’accord ?

Le glyphosate et les études contradictoires au sujet d'un éventuel impact sur la santé sont au cœur de notre programme hebdomadaire, Les Idées claires,...

Plan biodiversité : est-il trop tard ?

“Make our planet great again” lançait Emmanuel Macron le 1er juin 2017. La crise écologique menace l’avenir de notre planète. Mercredi 4 juillet, Edouard...

Pourquoi tant de maladies rares à Fos-sur-Mer ?

Enquête | Cancers, asthme, diabète, scléroses en plaques… Début 2017, une étude prouve que les habitants du golfe de Fos, au cœur d'une grande zone industrielle, contractent un nombre anormal de maladies.

Le principe de précaution devant le Conseil constitutionnel

Renaud DENOIX DE SAINT MARC -Communication à l’Académie nationale de médecine, Séance du 25 novembre 2014

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.