Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Billet de blog 5 oct. 2020

L'escamotage bourgeois des autres candidats aux présidentielles US

Savez-vous qu'il n'y a pas deux candidats mais six, dont un écologiste Howie Hawkins, inspirateur du Green New Deal ? La presse qui se monopolise au pugilat gériatrique d'une droite blanche aisée et conservatrice escamote la démocratie en se focalisant sur deux caricatures et cachant l'existence d'une alternative plus démocratique, progressiste et soucieuse du climat. Y compris en France.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Personne n'en parle, mais, par exemple, le  Parti vert des États-Unis, présente un candidat aux élections présidentielles des Etats-Unis pour le scrutin prochain. Il s'agit de Hawie Hawkins, syndicaliste et militant écolosocialiste. Sa colistière est Angela Nicole Walker, syndicaliste et conductrice de bus (précéd. candidate aux élections de sheriff dans le Milwaukee)

https://howiehawkins.us/

Six candidats. Et non deux.

Cela permet de relativiser les inepties de Trump et son Covid. Il y a de la ressource. Des alternatives existent. Personne n'en parle. Alors que ce discours reçoit malgré tout un écho dans les USA.

La médiocrité politique aux USA naît qu'aucun média ne respecte le principe de la pluralité et ne donne la parole qu'aux deux mêmes. A-t-on entendu parler du 2020 Green Party ticket ou du 2020 Party for Socialism and Liberation ticket ?

Effacer ces discours du débat exonère les partis traditionnels à travailler.

Il n'y a plus à s'étonner que le monde lui-même s'enfonce dans la voie de l'alternance unique si les idées ne sont pas mises en concurrence, confrontées ; mais que les partis soient réduits aux choix d'un champions, un enjeu politique du niveau d'un tiercé.

La politique aux Etats-Unis est ainsi pauvre et décevante et le restera tant des partis politiques sont maintenus dans le silence médiatique.

Le même problème se pose en France. La pluralité des idées ne fait pas ou plus débat.

La chronique politique qui prétend commenter la démocratie et se réduit à la mousse qui couvre la surface s'évite ainsi confortablement un travail de fond et exonère les partis à travailler leurs programmes. Les campagnes sont des blokbusters. Des effets spéciaux et du marketing pour pallier la faiblesse du scenario et des dialogues.

Ce mauvais traitement de la politique est un comportement de fossoyeur de la démocratie. Ce la paresse intellectuelle qui fait le lit des totalitarismes.

nb :

Les autres candidats proposés sur le bulletin de vote aux électeurs US

Gloria La Riva, Party for Socialism and Liberation

Rocky De La Fuente, Alliance Party

Jo Jorgensen, Libertarian Party

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr