Blanquer et les neurosciences : "Une pédagogie magique, pour une école malade" ?

La connaissance intime des mécanismes du cerveau peut-elle aider les élèves à mieux apprendre ? Depuis l'arrivée au ministère de l'Education nationale de Jean-Michel Blanquer, les neurosciences sont à la mode. Pour l'apprentissage de la lecture, de l'écriture, des langues, pour les apprentissages en général, les neurosciences sont-elles utiles, nuisibles ou sans effet ?

https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/neurosciences-a-lecole-une-pedagogie-magique-pour-une-ecole-malade

Débat en cette semaine de rentrée avec Gurvan Le Guellec, journaliste éducation à l'Obs ; Laurence de Cock, historienne spécialiste des sciences de l'éducation ; et Philippe Champy, ancien éditeur et auteur de " Vers une une nouvelle guerre scolaire. Quand les technocrates et les neuroscientifiques mettent la main sur l'Education nationale ".

Les expérimentations pédagogiques se multiplient. Exemple avec cette classe de Calais, où l'on met en place une méthode d'apprentissage syllabique basée sur les neurosciences. Cette expérimentation a été mise en place dans plusieurs centaines d'établissements par l'association Agir pour l'école, émanation de l'Institut Montaigne. Une association financée en partie par le grand patronat, tout comme l'Institut, think tank libéral.

 

 

Prolonger :

 

Sur France culture :

Rentrée scolaire : la pédagogie à l’heure des neurosciences

La lutte des classes commence-t-elle sur les bancs de l'école ?

Enfances de classe. De l'inégalité parmi les enfants  Par Bernard Lahire Seuil,  2019  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.