" Illégitime " de Nesrine Slaoui, journaliste issue d'un milieu modeste

Nesrine Slaoui est devenue journaliste après ses études à Sciences Po. Issue d'une famille modeste, la journaliste s'est posée la question de sa légitimité. Elle signe son ouvrage "illégitime" aux éditions Fayard. " J'ai conscience que mon travail a joué dans cette réussite, mais (...) je ne peux pas être érigée en modèle de méritocratie parce que la méritocratie n'existe pas".

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/portrait-illegitime-le-parcours-de-nesrine-slaoui-journaliste-issue-d-un-milieu-modeste_4285371.html

"J'ai encore le sentiment d'illégitimité, tous les jours, en permanence, j'ai choisi un métier où c'est compliqué de faire sa place. C'est un métier précaire quand on est jeune, il faut du temps". Originaire du sud de la France, Nesrime Slaoui confie son envie de "faire de grandes études" mais "on m'a dit que ce n'était pas pour moi, que c'était réservé aux Parisiens et à ceux qui appartenaient à une classe plus élevée". 

Prolonger :

Site éditions Fayard

A l’occasion du confinement, une jeune journaliste renoue avec ses origines. Ces mêmes origines qu’elle n’a jamais reniées mais qui, jour après jour, continuent de lui être reprochées, ce qui complique à la fois sa vie et sa carrière. Comment faire tenir les deux ensemble  ? Comment faire pour trouver sa place sans être obligée de devenir quelqu’un d’autre  ?

Depuis un quartier populaire d’Apt, elle rêvait de journalisme, de Paris, de Science Po. Avec une mère femme de ménage, un père maçon et un nom à consonnance «  étrangère  », elle savait qu’elle devrait redoubler d’efforts. Elle les a faits.
De retour dans la petite ville de son enfance à l’heure où le pays tout entier a été sommé de ne plus bouger, elle mesure à la fois tout ce qui la sépare désormais des siens, de son histoire, et tout ce qui l’y rattache encore, qui la constitue, et qu’elle essaie de préserver.
Pourquoi faut-il que certains rêves vous arrachent à vous-même  ? Quelle couleur de peau faut-il avoir, et quel nom faut-il porter pour pouvoir décider de son avenir  ?
C’est le récit d’une réussite mélancolique. Critique, aussi. A l’égard de toute la violence qu’elle a dû et doit encore affronter, simplement pour  trouver sa place sans être obligée de devenir quelqu’un d’autre. C’est aussi un hommage à tous ceux pour qui la légitimité demeure un combat permanent.
 
Nesrine Slaoui est journaliste. Illégitimes est son premier roman.

Sur France Inter :

Unique en son genre: Nesrine Slaoui 52 minutes

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.