UE selon Charles Michel : les mecs ont un siège et les meufs restent debout

Charles Michel et Recep Tayyip Erdogan. s'assoient tranquillement dans leur fauteuil en laissant debout Ursula van der Leyen, histoire de discuter entre mecs et de laisser la meuf en dehors du débat. Charles Michel acquiesce silencieusement l'affront plutôt que de laisser son siège à Madame Van der Leyden comme la bonne éducation aurait du le lui inspirer.

https://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/polemique-a-bruxelles-apres-un-affront-fait-a-ursula-von-der-leyen-a-ankara-606db6879978e2410f345211

Extrait d'une vidéo montrant la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, approcher du président turc, Recep Tayyip Erdogan, et du président du Conseil européen, Charles Michel, le 6 avril 2021, à Ankara (Turquie).  (AFP)

L'hôte misogyne est aussi membre de l'OTAN.  Voilà qui donne idée de ce club de gentlemen.

Cela démontre aussi à quoi mène de nommer des politiques manquant d'expérience au sommet des institutions de l'UE. Cette affaire est le résultat des choix des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE à ne pas donner à l'Union une véritable dimension politique et diplomatique.

Enfin, est-il normal d'envoyer le président du Conseil, la présidente de la Commission mais pas le président du Parlement ? L'absence du président du Parlement européen indique assez clairement la conception libérale autoritaire que les chefs d'Etat et de gouvernement ont et souhaitent donner aux institutions européennes.

Erdogan rigole. Il a fait coup double à l'égard des femmes et de l'Union européenne.

La prochaine fois, faîtes-le venir et attendez qu'il le demande. Il est plus en situation de faiblesse que l'UE. Si les USA veulent lui courir après, qu'ils le fassent eux-mêmes.

Prolonger :

Turquie : un Français victime de torture en prison, ses proches interpellent Emmanuel Macron

«Sofagate» : l'UE embarrassée, Draghi accuse Erdogan d'avoir humilié Ursula von der Leyen

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.