Des “gilets jaunes” à Steve Maia Caniço, les fiascos politiques de Castaner

Du mouvement des “gilets jaunes” aux photos de soirée arrosée, le ministre de l’Intérieur multiplie les situations critiques ces derniers mois. La dernière en date : la mort de Steve Maia Caniço, qui divise la France. Pour le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, au-delà du drame humain, il s’agit d’un “véritable fiasco politique” pour Christophe Castaner.

https://www.courrierinternational.com/article/vu-dallemagne-des-gilets-jaunes-steve-maia-canico-les-fiascos-politiques-de-christophe

Plus un jour ne passe en France sans que quelqu’un réclame la démission du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Un mois après son arrivée à Matignon, en octobre de l’année dernière, les premières manifestations des “gilets jaunes” commençaient. Depuis, la droite lui reproche de ne pas suffisamment faire respecter l’autorité de l’État, tandis que la gauche le juge responsable des violences policières.

Sa cote de popularité a touché le fond après la soirée du 9 mars, durant laquelle les policiers faisaient des heures supplémentaires, débordés par les “gilets jaunes”, tandis que leur ministre s’affichait en boîte de nuit, shot de vodka à la main et en compagnie d’une jeune femme qui n’était manifestement pas sa femme. Ce jour-là, aurait déclaré l’intéressé, il aurait “mieux fait de [s]e casser une jambe”.

Le ministre est au plus bas, reconnaît un de ses conseillers dans le Journal du dimanche, “et le répit n’est probablement pas pour tout de suite”. Le week-end dernier [les 3 et 4 août] n’a en effet pas été de tout repos : des échauffourées ont éclaté à Nantes alors que 2 000 manifestants étaient descendus dans la rue pour dénoncer une nouvelle fois l’usage excessif de la force par les policiers après la

[...]

Josef Kelnberger

 

 

Prolonger :

Affaire Steve Maia Caniço : Mise en cause par l’IGPN, la mairie de Nantes contre-attaque

ENQUETE Après la découverte du corps du jeune homme dans la Loire, la municipalité s’indigne du rapport de la police des polices qui la pointe du doigt et dédouane les forces de l’ordre

Manuel Pavard

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.