Projet de loi de sécurité globale

Jean-Marie Burguburu : "Le besoin de sécurité n’appelle pas nécessairement à une restriction des libertés" . Il dénonce la persistance dramatique des Bouvard et Pécuchet en politique et la convergence néfaste de leur impéritie qui s'illustre aujourd'hui dans l'inefficacité antiterroriste et dans l'échec de la politique de santé, pour les mêmes raisons comptables à très court terme.

https://www.franceculture.fr/emissions/linvitee-actu/jean-marie-burguburu

Jean-Michel Fauvergue, promoteur de la loi de sécurité globale (resucée de son enquête parlementaire) avec Alice Thourot (avocate), est l'ancien commissaire de police qui a affirmé qu'il fallait oublier la mort de Malik Oussékine :

En appelant à "oublier l'affaire Malik Oussekine", Jean-Michel Fauvergue fait polémique

Le député LREM et ancien patron du Raid a déploré mardi les conséquences de la mort de Malik Oussekine, en 1986, sur les stratégies de maintien de l'ordre actuellement à l'oeuvre, insuffisantes selon lui. 

" Il faut oublier l'affaire Malik Oussekine ". Invité mardi de C à Vous sur France 5, l'ancien patron du Raid et actuel député LREM Jean-Michel Fauvergue était invité à commenter la stratégie de maintien de l'ordre lors des manifestations des " gilets jaunes ", à la veille d'un 1er-Mai pour lequel le gouvernement redoutait la présence de " black blocks ". Partisan d'un changement de doctrine vis-à-vis des casseurs, l'élu de Seine-et-Marne a estimé que le traumatisme engendré par la mort de l'étudiant franco-algérien, passé à tabac par la police lors d'une manifestation en 1986, empêchait les forces de l'ordre d'agir avec efficacité face aux manifestants violents. Des propos qui ont choqué, notamment à gauche. 

 

Prolonger :

Médiapart :

Entre Covid-19 et attentats, les défenseurs des droits humains en état de sidération

6 novembre 2020 Par Jérôme Hourdeaux

Comment défendre les droits humains et faire entendre la voix de la raison dans un pays sous état d’urgence sanitaire, traumatisé par une série d’attaques terroristes, et où règne un débat public nauséabond ? Mediapart a posé la question à plusieurs défenseurs des libertés publiques.

La proposition de loi «sécurité globale» renforce l’impunité des policiers

6 novembre 2020 Par Pascale Pascariello

Une proposition de loi LREM pourrait renforcer l’impunité des agents en empêchant, lors de la diffusion des vidéos, leur identification. Déjà votée jeudi en commission, elle soulève des « risques considérables d’atteinte à plusieurs droits fondamentaux », dont celui d’informer, selon la Défenseure des droits. La majorité accède en direct à une demande des syndicats de police. Décryptage.

SUD intérieur :

Proposition de Loi relative à la Sécurité Globale : une étape de plus dans le délire sécuritaire

Publié le 2 novembre 2020 par Gaétan

Durant le mois de novembre, le Parlement débattra d’une nouvelle loi en matière de sécurité. Ou plutôt en matière de sécuritaire. À l’origine de ce projet, on retrouve le député En Marche et ex-patron du RAID Jean-Michel Fauvergues et l’ancien ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. De quoi nous inquiéter d’emblée. Et la lecture de ce projet donne raison à notre inquiétude.

Une nouvelle fois, la majorité présidentielle choisit la ligne de tous ceux qui ont exercé le pouvoir depuis 20 ans, la fuite en avant sécuritaire et liberticide. Derrière des mesures de bons sens, en apparence, se cache un projet qui s’attaque une nouvelle fois aux principes démocratiques.

Sécurité Globale » et « Continuum de la sécurité », paravents d’une société qui valide le maintien des inégalités

La proposition de loi relative à la sécurité globale insiste sur le fameux continuum de la sécurité qui lierait les forces de l’ordre de l’État (Police et Gendarmerie Nationales), les militaires de l’opération Sentinelle, les Police Municipales et la sécurité privée.

Le sens de cette proposition de loi est de renforcer la protection des agents de l’État, de donner plus de prérogatives aux autres, tout en améliorant formation et contrôle des agents de sécurité privée pour leur donner plus de missions. Des mesures de bons sens en apparence mais qui révèlent surtout la logique néfaste derrière tout cela : la sécurité est une question de contrôle et de répression. (...)

En complément :

Contenu publié dans Contributions marqué avec analyse, contribution, drones, floutage, Loi, police, policiers, politique sécuritaire, Sécurité, Sécurité Globale, Surveillance, tract. Son permalien.

Arrêt sur images :

Intervention du docteur Lehmann dans l'émission " Reconfinement : "Le seul moyen d'éviter une vague de morts" ": à partir de 39' 34". L'exécutif n'a rien fait d'efficace pour contrer la deuxième vague, pourtant annoncée, en faisant prévaloir l'optimisation des profits sur le renforcement efficace d'une politique de santé publique qui s'imposait. Business first, human after.

France Culture :

Quoi qu’il en coûte : à qui, combien et quand ? 7/11/2020 La Bulle économique par Marie Viennot

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.