Emmanuel Macron et l'annonce apostolique

L'action du président de la République se réduit à l'effet d'annonce. Il occupe les médias à la moindre opportunité de faire une annonce. Il est même dans l'annonce de ses annonces. Une communication éphémère, aussitôt oubliée. Il avait dit faire de la lutte contre la violence faîte aux femme la priorité du quinquennat en 2017. Le résultat donne la mesure de la superficialité de ses annonces.

https://www.francetvinfo.fr/societe/egalite-des-chances-emmanuel-macron-doit-faire-des-annonces-cette-semaine_4288703.html

Les institutions peuvent publier des communiqués officiels auxquels peuvent se référer les médias et le public.

Cela permet une information objective dénuée de personnification, laquelle tend à éclipser le fond de l'action publique au profit du seul mandataire provisoire qui, dans une démocratie, comme son fonctionnement l'établit, n'est pas l'essentiel.

L'essentiel dans une société démocratique moderne est de garantir le bien-être général et l'adhésion et la confiance de l'électorat dans l'organisation et le fonctionnement des institutions.

La propension à occuper les médias par des artifices rhétoriques pour se maintenir visible, alors que l'opinion n'a plus confiance, montre que la forme d'exercice du pouvoir est à l'opposé de ce qu'elle devrait être.

Une telle mise en avant de soi, promotion de l'ego, est une dérive narcissique qui est par nature incompatible et contraire aux principes d'un gouvernement démocratique.

Thucydide affirmait que la force d'une société réside dans ses citoyens. Ce n'est donc pas dans ses dirigeants. Au contraire, de mauvais dirigeants, de faux démocrates, sont ce qu'il y a de plus néfaste pour une démocratie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.