Les " gauchistes " qui ont fait élire Joe Biden

Avec Charlotte Recoquillon, géographe et journaliste indépendante.L’électorat de cette gauche sociale semble en tout cas s’être montré plus loyal, plus discipliné qu’en 2016. Cette fois, les partisans de Bernie Sanders, mais aussi de la nouvelle génération de sociaux-démocrates, Alexandria Ocasio-Cortez en tête, lui ont apporté un soutien peut-être décisif.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux/quelle-marge-daction-pour-joe-biden

L’électorat de cette gauche sociale semble en tout cas s’être montré plus loyal, plus discipliné qu’en 2016, année où on lui avait imputé une partie de la défaite d’Hillary Clinton face à Donald Trump…

Cette fois, les partisans de Bernie Sanders, mais aussi de la nouvelle génération de sociaux-démocrates, Alexandria Ocasio-Cortez en tête, lui ont apporté un soutien peut-être décisif.

Il faut bien sûr regarder cela plus en détail, et voir si cela augure une « gauchisation » de la politique de Joe Biden pour les quatre ans qui viennent.

Joe Biden doit beaucoup à ce mouvement à gauche de la gauche. Cela s'est illustré dans la bataille en Georgie notamment, avec le travail de la militante de Black Lives Matter Stacy Abrams, qui a conduit à s'inscrire sur les listes électorales des milliers et des milliers de gens. C'est vrai aussi de l'élection de Cori Bush à Saint-Louis, dans le Missouri. Cori Bush, c'est une infirmière, mère célibataire, issue des classes populaires qui a été une des militantes sur le terrain à Ferguson en 2014. C'est vrai aussi à New York avec Jamaal Bowman ou Rachida Tlaib, à Détroit, Ilan Omar dans le Minnesota. Enfin, on ne compte plus les exemples. Et c'est vrai que ce travail et tout le militantisme, l'activisme des leaders de Black Lives Matter, qui ont mené une campagne très offensive ("Vote and organize") et qui ont conduit les gens à s'inscrire sur les listes électorales, à aller voter, à y aller en groupe, à s'assurer que les gens avaient bien suivi le processus, les signatures, leurs enveloppes, etc... c'est aussi ce travail là qui a conduit à des votes décisifs dans des comtés, dans des comtés pour Joe Biden. Charlotte Recoquillon

La bataille interne au sein du Parti démocrate est extrêmement féroce en ce moment. Un des alliés de Joe Biden, John Kasich le gouverneur de l'Ohio, a rendu furieux une partie de cette "gauche de la gauche" en déclarant il y a quelques jours qu'elle avait failli faire perdre le Parti démocrate. A peine l'élection remportée, ça commence déjà à se tirer dans les pattes.... Deux versions s'affrontent. L'une dit que les discours trop radicaux et cette question raciale ont pu effrayer une partie de l'électorat et des Américains. Et puis, cette "extrême-gauche" qui dit au contraire que ces questions raciales sont absolument centrales et que les éviter, c'est courir à sa perte. Charlotte Recoquillon

 

Prolonger :

Le blog de Charlotte Recoquillon sur Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/charlotte-recoquillon

Le retour des « guerres culturelles » aux États-Unis ?  Médiapart 07/11/2018

Avec Simon Grivet (maître de conférences à l’université de Lille, spécialiste de l’histoire de la justice et du sud des États-Unis), Nicolas Martin-Breteau (maître de conférences à l’université de Lille, spécialiste des mobilisations africaines-américaines), Hélène Quanquin (professeure à l’université de Lille et spécialiste des mouvements féministes aux États-Unis), Charlotte Recoquillon (géographe à l’université Paris VIII, spécialiste des violences policières) et notre correspondant Mathieu Magnaudeix

Le trumpisme après Trump

De nombreux observateurs estiment que Donald Trump est un symptôme et que sa défaite ne mettra pas fin à la politique qu’il a incarnée.

Ce que change l'élection de Joe Biden pour la France

Paris s'attend à des changements sur la forme, mais pas forcément à un alignement sur tous les sujets.

 

cartogramme des élections US 2020

https://img.lemde.fr/2020/11/07/0/0/0/0/700/0/0/0/226a564_384655102-webdeb-4520-levy-us-vote-urbain-rural.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.