Patrice Lumumba, enquête sur l’assassinat d’un héros national

Soixante ans après la mort de Patrice Lumumba, la journaliste Marianne Meunier fait paraître ce week-end dans La Croix l'hebdo une enquête relative à son assassinat et à sa mémoire en République démocratique du Congo

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-mediatique/patrice-lumumba-enquete-sur-lassassinat-dun-heros-national

 

Prolonger :

Wikipédia

Patrice Lumumba

 

Gallimard

Pascal Ory

Qu’est-ce qu’une nation ? - Une histoire mondiale

«Oui, "qu’est-ce qu’une nation?" On reprend ici la question posée au XIXe siècle par Ernest Renan en se plaçant dans une perspective résolument planétaire ; une autre manière de faire de l’histoire globale.
Car rien n’y fait : de la Révolution d’Octobre à la Pandémie de 2020 la nation, qu’on disait moribonde ou -pire- dépassée, est plus vivante que jamais. On ne compte plus, à la surface de la terre, les mouvements de "libération nationale", de l’Écosse à la Catalogne, de la Palestine au Kurdistan. Sans la nation comme clé d’interprétation l’histoire du monde depuis trois siècles serait incompréhensible. Sans elle l’irréductibilité de la Norvège ou de la Suisse, du Brésil ou de l’Afrique du sud resterait opaque. Sans elle le destin des puissances d’aujourd’hui, des États-Unis à la Chine, de l’Inde au Japon, devient illisible. Il n’y a rien de plus mondial que le national.
On la disait imaginée, voire imaginaire : elle est construite, assurément, mais ni plus ni moins que l’international, le monde ou l’humanité, toutes ces fictions utiles grâce auxquelles -et à cause desquelles- les individus et les sociétés vivent et meurent. Quant à son imaginaire, il touche à l’essentiel, puisqu’il est celui d’une rencontre entre l’identité et la souveraineté : un peuple y devient le Peuple.
Voilà pourquoi on a beau "déconstruire" la nation tous les matins, elle se reconstruit tous les soirs. Cette résistibilité aux vieilles prophéties religieuses ou laïques, libérales ou marxistes, méritait l’attention. Méritait un livre.»

Pascal Ory

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.