L'Allemagne refuse de mutualiser les conséquences du COVID-19 qu'elle a semé

La première infection au nouveau coronavirus en Europe se serait produite en Allemagne vers le 27 janvier, ressort-il d’une étude réalisée par des scientifiques de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni). Le virus se serait propagé de l’Allemagne d’une part et de Singapour à l’Italie d’autre part.

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_coronavirus-l-allemagne-porte-d-entree-de-la-premiere-infection-en-europe?id=10480137

La première infection au nouveau coronavirus en Europe se serait produite en Allemagne vers le 27 janvier, ressort-il d’une étude réalisée par des scientifiques de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni). Le virus se serait propagé de l’Allemagne d’une part et de Singapour à l’Italie d’autre part. L’équipe de chercheurs a réussi à retracer l’origine des différentes souches du Covid-19 grâce à l’analyse du réseau phylogénétique. Il semblerait également y avoir trois foyers d’infection, avec des variantes du type A, B et C. (...)

L’étude a été publiée dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences.

Prolonger :

Comment les Etats de l'Eurogroupe sont-ils enfin parvenus à un accord économique pendant la crise sanitaire ?

L'épidémie de coronavirus met en lumière les désaccords entre les pays du Nord de l'Union Européenne et ceux du Sud.

Une aide insuffisante ? 

" De toute façon qu’il s’agisse de l’Allemagne, la Finlande, les Pays-Bas et l’Autriche, ces pays ne veulent pas s’engager dans la restructuration de la dette des États. Certains pays restent rigoristes et ne veulent pas s’engager sur la prise en charge d’une dette des États. En d’autres termes, on ne veut toujours pas mutualiser au niveau européen les dettes de différents États dont on considère qu’ils sont incapables de gérer leurs finances publiques. "

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.