Droit de manifester, racisme et répression

Une grève débute le 24 mai à Pointe-à-Pitre. La réponse de Georges Brizard, le patron des patrons alors englué dans des négociations qui ne mènent à rien avec les syndicats guadeloupéens, met le feu aux poudres : “ Quand les nègres auront faim, ils se remettront au travail ”. La foule explose de colère et la police française tire sans sommation. 87 morts.

https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-28-avril-2016

Le préfet Pierre Bolotte en poste à la Guadeloupe et ayant dirigé la répression a été le créateur des brigades anti criminalité en 1971 lorsqu'il fut nommé préfet de la Seine Saint Denis.

 

Prolonger :

« Les ratonnades de 1973 ne sont pas une parenthèse dans l’histoire de Marseille »

Interview par Benoît Gilles le 3 Fév 2018

Pour la première fois, une plaque commémore l'attentat du consulat d'Algérie en 1973 à Marseille. Cet évènement meurtrier intervient au cœur d'une période de grande tension où les crimes racistes impunis se succèdent. Analyse d'un impensé français avec la sociologue Rachida Brahim.

 

Les 100 000 morts de l'insurrection malgache - Le Monde

Peu avant minuit, le 29 mars 1947, près de 2 000 hommes envahissent Moramanga, un carrefour routier et ferroviaire situé à une centaine de kilomètres à l'est de Tananarive. Dans la colonie française, les autorités tardent à réaliser qu'un soulèvement est à l'œuvre.  

 

Massacre du 17 octobre 1961 — Wikipédia

 

Massacres de Sétif, Guelma et Kherrata - Wikipédia

 

Racisme d’Etat : “ Le déni est bien construit ”

Racisme policier, racisme institutionnel, racisme d’État : ces termes heurtent à chaque fois qu’il sont prononcés, et dernièrement encore dans le sillage de l’affaire George Floyd. Pourtant, trois affaires enfouies amènent à examiner l’hypothèse. Trois affaires oubliées qu’on raconte dans cette émission avec trois invitées : Dominique Manotti, autrice du roman policier "Marseille 73", sur les ratonnades de Marseille en 1973 ; Sarah Angèle, petite-fille d’Emmanuel Cravery Angèle, tué dans les émeutes en 1967 en Guadeloupe et Marie Bonnard, autrice du documentaire "Les ayant-droits" sur les mineurs marocains embauchés par la France dans les années 1960.

 

Mai 1967, un massacre oublié en Guadeloupe - Brut

 

Les émeutes de mai 67 en Guadeloupe Pointe-à-Pitre : Rendez-vous avec Mr X du 7 mars 2009

 

Grève générale en Guyane et aux Antilles françaises en 2008-2009

 

Rapport de la Commission Stora

La Commission présidée par l'historien Benjamin Stora (université Paris XIII) a remis, le 21 novembre 2016, son rapport à la ministre des outremers Erika Bareigts sur trois événements de l'histoire des Antilles Guyane au XXème siècle : les émeutes de Décembre 1959 à Fort-de-France en Martinique, la répression du 27 mai 1967 à Pointe-à-pitre en Guadeloupe et le crash de l'avion Air France Boeing 737 à Deshaies en Guadeloupe en Juin 1962.

Le rapport de 100 pages a été remis à la ministre le 21 Novembre 2016, et présenté à Paris lors d'une conférence de presse, devant des parlementaires (Serge Letchimy, député de Fort-de-France, Serge Larcher Sénateur pour  la Martinique). Cette Commission, présidée par Benjamin Stora, était composée des historiens Michelle Zancarini-Fournel, Jacques Dumont, Serge Mam-Lam-Fouck, Louis-Georges Placide, Laurent Jalabert et Sylvain Mary.

Le rapport Stora à télécharger.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.