Brexit : Où va s'installer le coeur financier et économique de l'UE ?

Un sujet étrangement passé sous silence dans le débat du Brexit. Un immense doute plane sur l'avenir de ce qui a longtemps été le cœur de la finance européenne et qui ne sera plus lié aux règles de l'UE. L'avenir et le déménagement du coeur financier et économique de l'UE est étrangement passé sous silence.

https://fr.euronews.com/2020/11/10/city-de-londres-l-etau-se-resserre-a-moins-de-deux-mois-du-brexit-definitif

« Beaucoup d'entreprises et de pays européens se sont appuyés sur l'expertise de la City de Londres pour les services financiers, explique Barbara Casu Lukac, directrice du Centre for Banking Research. On ne bâtit pas le genre d'infrastructures et d'écosystèmes qui se trouve à Londres du jour au lendemain. Cela prendra des années. Les centres financiers européens sont plus restreints : Francfort, Dublin et Paris ne sont pas vraiment concurrentiels. Les véritables concurrents sont New York, Hong Kong et Singapour. Et l'activité financière est en train de quitter l'Europe, c'est une situation perdant-perdant à la fois pour l'Europe et pour le Royaume-Uni. »

Or Londres n'est pas seulement prisée pour ses services financiers, rappelle l'ancien président des réunions préparatoires de l'Eurogroupe Thomas Wieser :

« Si vous achetez une entreprise quelque part en Europe et que vous avez besoin d'avocats, de banquiers, de comptables et de conseillers, vous allez naturellement chercher ces services à Londres, assure-t-il. Où que vous soyez sur le continent, lorsqu'il s'agit de bien vous entourer pour rédiger un contrat important, les personnes dont vous avez besoin sont à Londres. »

Pour autant, beaucoup d'acteurs commerciaux ont décidé de prendre les devants : 1300 milliards d'euros ont ainsi été redirigés vers le continent, selon les estimations, ainsi que 7500 emplois.

Avant le Brexit, l'industrie financière de Londres jouait selon les règles européennes. À l'avenir, le Royaume-Uni entend adopter ses propres règles et l'UE ne peut pas l'en empêcher, mais elle peut empêcher ses entreprises d'avoir recours à des services qui ne correspondent pas aux normes européennes.

« C'est une affaire de contrôle, de législation et surtout de souveraineté tout autant pour l'Union européenne que pour le Royaume-Uni », confirme Thomas Wieser.

 

Prolonger :

Londres et Singapour signent un accord de libre-échange

Il s’agit pour Londres d’un pas vers l’adhésion à l’accord de libre-échange transpacifique dont Singapour est l’un des onze membres.

Alastair Campbell : "En Grande-Bretagne, ce sont des menteurs et des charlatans qui ont poussé au Brexit"

Ce matin, nous recevons Alastair Campbell, journaliste, écrivain et ancien dircom de Tony Blair. Cet homme a su dépasser de nombreuses crises... Le 11...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.