Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Lien 11 févr. 2019

Main arrachée : le "gilet jaune" n'a "pas du tout attrapé" la grenade

Alors qu'un "gilet jaune" a eu la main arrachée par une grenade lancée par les forces de l'ordre lors d'une manifestation samedi à Paris, son avocat appelle lundi sur franceinfo à interdire l'utilisation de ces engins pour le maintien de l'ordre.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/main-arrachee-a-paris-le-gilet-jaune-n-a-pas-du-tout-attrape-la-grenade-mais-a-essaye-de-se-proteger-selon-son-avocat_3185281.html

Le "gilet jaune", qui a eu la main arrachée lors de la manifestation de samedi à Paris, n'a "pas du tout attrapé" la grenade GLI F4 mais a "simplement essayé de se protéger" en "tendant la main", déclare son avocat Arié Alimi lundi 11 février sur franceinfo.

franceinfo : Dans quelles circonstances ce manifestant a-t-il eu la main arrachée ? A-t-il bien tenté de ramasser une grenade ?

Arié Halimi : Il a simplement essayé de se protéger de cette grenade qui arrivait sur lui en tendant la main, pour essayer d'éviter quelque chose qui pouvait ressembler à une explosion et malheureusement, il a eu la main arrachée à cause de cette grenade explosive qui a été jetée par les forces de l'ordre. Il ne l'a pas du tout attrapée, au vu des déclarations qui ont été faites par son père. Il a simplement essayé de se protéger en mettant sa main devant lui et c'est à ce moment-là que la grenade a explosé. Pour l'instant, il n'est pas vraiment inconscient mais presque. Il est sous antidouleurs. C'est quelque chose d'extrêmement douloureux, de très traumatisant. Je n'ai même pas encore eu le temps de lui parler, je n'ai eu que son père au téléphone.

Comprenez-vous l'utilisation de cette grenade GLI F4 par les forces de l'ordre ?

Moi, je commence à avoir une impression de redite toutes les semaines avec tous ces blessés, toutes ces mutilations, et la question que je me pose c'est : pourquoi notre gouvernement a-t-il besoin d'amputer et de mutiler ses citoyens qui manifestent alors que tous les pays européens n'ont pas besoin de le faire et qu'il n'y a pas de violences ni utilisation de GLI F4 dans les autres pays ? Je suis désolé, mais on a fait une demande d'abrogation avec un collectif d'avocats d'utilisation de ces grenades il y a pratiquement deux mois, le ministère de l'Intérieur n'a jamais daigné répondre. S'il avait répondu et s'il avait suspendu l'utilisation de ces grenades, aujourd'hui nous n'en serions pas là, aujourd'hui ce jeune homme n'aurait pas perdu sa main. Nous avons pris la décision de saisir le Conseil d'État puisque deux mois après la saisine du gouvernement pour lui demander l'abrogation de l'utilisation de ces grenades, nous avons la possibilité de saisir le Conseil d'État pour en demander l'abrogation définitive. Ce délai expire dans deux jours et nous allons bien évidemment réaliser ce recours dans très peu de temps. Nous sommes en train de terminer sa rédaction.

Avez-vous des chiffres des personnes blessées par cette grenade aux cours des dernières années ?

Combien de personnes, non. J'ai les chiffres des blessés graves au cours du mouvement "gilets jaunes", on en a plus d'une centaine. On a des personnes qui ont perdu la main, des personnes déjà qui ont eu (…) soit des mains arrachées, soit des pieds abîmés, soit des yeux perdus, et évidemment on demande instamment que le gouvernement cesse d'utiliser les armes qui mutilent sa population.

Ces grenades contiennent 25 grammes de TNT, est-ce une explosion forte ?

Oui, je rappelle que, puisque je défends toujours la famille de Rémi Fraisse, c'est exactement le même composant qui était dans la grenade OF F1, c'est-à-dire dans la grenade offensive, du TNT, un explosif militaire. C'est du matériel de guerre, c'est une arme à feu, c'est une arme qui tue quand on l'utilise, c'est une arme qui peut blesser et mutiler. On le voit malheureusement toutes les semaines. Donc on se demande : pourquoi utilise-t-on du matériel de guerre contre des civils en France pendant les manifestations ?

La GLI F4 ne permet-elle pas aussi d'éviter le corps-à-corps entre les manifestants et les forces de l'ordre ?

Non, elle ne permet pas d'éviter le corps-à-corps. Elle permet simplement d'exploser et de mutiler. C'est à cela que sert cette grenade. Je rappelle que c'est le même type de grenade qu'on utilisait également pendant la Première Guerre mondiale contre des ennemis en matière militaire. Ce n'est pas une grenade qui permet de se défendre. Il y a d'autres moyens quand on veut se défendre, par exemple vous avez des canons à eau, vous avez des protections, vous avez des boucliers, vous avez des armures. Il suffit de voir les blessures des forces de l'ordre pendant les différents mouvements des "gilets jaunes".

Il y a effectivement eu des violences envers les forces de l'ordre, il faut le rappeler, malheureusement. Il faut d'ailleurs les sanctionner. Mais ces violences n'ont pas donné lieu à des blessures extrêmement graves, sinon on en aurait entendu parler de la part du gouvernement et du ministère de l'Intérieur. Malheureusement, ces armes ne sont pas encore interdites, ni la LBD ni la GLI F4. Je rappelle que le gouvernement lui-même a arrêté de commander ces grenades parce qu'il a conscience de sa dangerosité et de son inadéquation au maintien de l'ordre. Il aurait suffi de ne pas vouloir épuiser les stocks, comme il le dit si bien, et cela aurait pu permettre d'éviter des blessés extrêmement graves et des mutilés à vie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran