Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

236 Billets

2 Éditions

Lien 11 févr. 2019

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Main arrachée : le "gilet jaune" n'a "pas du tout attrapé" la grenade

Alors qu'un "gilet jaune" a eu la main arrachée par une grenade lancée par les forces de l'ordre lors d'une manifestation samedi à Paris, son avocat appelle lundi sur franceinfo à interdire l'utilisation de ces engins pour le maintien de l'ordre.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/main-arrachee-a-paris-le-gilet-jaune-n-a-pas-du-tout-attrape-la-grenade-mais-a-essaye-de-se-proteger-selon-son-avocat_3185281.html

Le "gilet jaune", qui a eu la main arrachée lors de la manifestation de samedi à Paris, n'a "pas du tout attrapé" la grenade GLI F4 mais a "simplement essayé de se protéger" en "tendant la main", déclare son avocat Arié Alimi lundi 11 février sur franceinfo.

franceinfo : Dans quelles circonstances ce manifestant a-t-il eu la main arrachée ? A-t-il bien tenté de ramasser une grenade ?

Arié Halimi : Il a simplement essayé de se protéger de cette grenade qui arrivait sur lui en tendant la main, pour essayer d'éviter quelque chose qui pouvait ressembler à une explosion et malheureusement, il a eu la main arrachée à cause de cette grenade explosive qui a été jetée par les forces de l'ordre. Il ne l'a pas du tout attrapée, au vu des déclarations qui ont été faites par son père. Il a simplement essayé de se protéger en mettant sa main devant lui et c'est à ce moment-là que la grenade a explosé. Pour l'instant, il n'est pas vraiment inconscient mais presque. Il est sous antidouleurs. C'est quelque chose d'extrêmement douloureux, de très traumatisant. Je n'ai même pas encore eu le temps de lui parler, je n'ai eu que son père au téléphone.

Comprenez-vous l'utilisation de cette grenade GLI F4 par les forces de l'ordre ?

Moi, je commence à avoir une impression de redite toutes les semaines avec tous ces blessés, toutes ces mutilations, et la question que je me pose c'est : pourquoi notre gouvernement a-t-il besoin d'amputer et de mutiler ses citoyens qui manifestent alors que tous les pays européens n'ont pas besoin de le faire et qu'il n'y a pas de violences ni utilisation de GLI F4 dans les autres pays ? Je suis désolé, mais on a fait une demande d'abrogation avec un collectif d'avocats d'utilisation de ces grenades il y a pratiquement deux mois, le ministère de l'Intérieur n'a jamais daigné répondre. S'il avait répondu et s'il avait suspendu l'utilisation de ces grenades, aujourd'hui nous n'en serions pas là, aujourd'hui ce jeune homme n'aurait pas perdu sa main. Nous avons pris la décision de saisir le Conseil d'État puisque deux mois après la saisine du gouvernement pour lui demander l'abrogation de l'utilisation de ces grenades, nous avons la possibilité de saisir le Conseil d'État pour en demander l'abrogation définitive. Ce délai expire dans deux jours et nous allons bien évidemment réaliser ce recours dans très peu de temps. Nous sommes en train de terminer sa rédaction.

Avez-vous des chiffres des personnes blessées par cette grenade aux cours des dernières années ?

Combien de personnes, non. J'ai les chiffres des blessés graves au cours du mouvement "gilets jaunes", on en a plus d'une centaine. On a des personnes qui ont perdu la main, des personnes déjà qui ont eu (…) soit des mains arrachées, soit des pieds abîmés, soit des yeux perdus, et évidemment on demande instamment que le gouvernement cesse d'utiliser les armes qui mutilent sa population.

Ces grenades contiennent 25 grammes de TNT, est-ce une explosion forte ?

Oui, je rappelle que, puisque je défends toujours la famille de Rémi Fraisse, c'est exactement le même composant qui était dans la grenade OF F1, c'est-à-dire dans la grenade offensive, du TNT, un explosif militaire. C'est du matériel de guerre, c'est une arme à feu, c'est une arme qui tue quand on l'utilise, c'est une arme qui peut blesser et mutiler. On le voit malheureusement toutes les semaines. Donc on se demande : pourquoi utilise-t-on du matériel de guerre contre des civils en France pendant les manifestations ?

La GLI F4 ne permet-elle pas aussi d'éviter le corps-à-corps entre les manifestants et les forces de l'ordre ?

Non, elle ne permet pas d'éviter le corps-à-corps. Elle permet simplement d'exploser et de mutiler. C'est à cela que sert cette grenade. Je rappelle que c'est le même type de grenade qu'on utilisait également pendant la Première Guerre mondiale contre des ennemis en matière militaire. Ce n'est pas une grenade qui permet de se défendre. Il y a d'autres moyens quand on veut se défendre, par exemple vous avez des canons à eau, vous avez des protections, vous avez des boucliers, vous avez des armures. Il suffit de voir les blessures des forces de l'ordre pendant les différents mouvements des "gilets jaunes".

Il y a effectivement eu des violences envers les forces de l'ordre, il faut le rappeler, malheureusement. Il faut d'ailleurs les sanctionner. Mais ces violences n'ont pas donné lieu à des blessures extrêmement graves, sinon on en aurait entendu parler de la part du gouvernement et du ministère de l'Intérieur. Malheureusement, ces armes ne sont pas encore interdites, ni la LBD ni la GLI F4. Je rappelle que le gouvernement lui-même a arrêté de commander ces grenades parce qu'il a conscience de sa dangerosité et de son inadéquation au maintien de l'ordre. Il aurait suffi de ne pas vouloir épuiser les stocks, comme il le dit si bien, et cela aurait pu permettre d'éviter des blessés extrêmement graves et des mutilés à vie.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES