Démystification du journaliste Bob Woodward

Critique des succès de librairie et des "ménages" de Bob Woodward du Wahington Post. Il fit l'hagiographie de Georges W Bush avant la guerre contre l'Irak, l'éloge d'Alan Greenspan avant la crise de 2008. Son dernier livre contre Donald Trump adopte le point de vue de son patron Jeff Bezos.

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/06/HALIMI/59983

L'article du Monde diplomatique interroge sur l'apparence du succès et du sérieux derrière laquelle prospère un "journalisme de racolage" opportuniste et flagorneur. Une forme de snobisme. Le sentiment d'être important l'emportant sur la qualité du travail.

Extrait de l'article :

" A la différence de son prédécesseur qui "n'était pas assez ferme", M. Trump aurait tout de même compris, lui, qu'on "ne peut pas opérer normalement dans le monde des Khamenei, des Poutine, des Assad". Ah ! estimait Woodward l'année dernière sans qu'on comprenne bien s'il exprimait son avis ou reprenait celui d'une de ses sources, si, à la place de brutes pareilles, le monde était peuplé de dirigeants éclairés tels que "le charismatique Mohamed Ben Salman. MBS a une vision, une énergie. Plein de charme, il parle de réformes audacieuses et mordernisatrices". Peu après que cet éloge lui fut servi par une icône vivante du journalisme, "MBS" ordonnait l'assassinat de Jamal Khashoggi, éditorialiste du Washington Post "

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.