En réalité, je ne suis de nulle part, ce qui me permet de me sentir partout chez moi

Auteur de Le Procès-verbal (1963), qui l'a rendu célèbre, détenteur du prix Renaudot en 1963 et du prix Nobel de littérature en 2008, Jean-Marie Gustave Le Clézio est connu pour son intérêt pour les cultures éloignées, et notamment pour le Mexique, où il dit avoir ressenti un choc culturel.

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/la-grande-table-culture-1ere-partie-emission-du-mardi-11-juin-2019

 

En réalité, je ne suis de nulle part, ce qui me permet de me sentir partout chez moi.                            
(J.M.G. Le Clézio, Quinze causeries en Chine, Gallimard,  2019, p.44)

Ouvrir un livre, c'est comme ouvrir une fenêtre et entrer dans un monde qui ne va pas vous ressembler mais vous changer.[...] Les livres donnent cette impression de la possibilité d'un voyage.      
(J.M.G. Le Clézio)

L'Europe est destinée à se construire sur ses diversités, ses divergences, y compris sur ses peuples récemment immigrés.                  
(J.M.G. Le Clézio)

Je suis angoissé dans les villes qui ne changent pas.              
(J.M.G. Le Clézio)

Après un précédent roman se déroulant en Corée (Bitna, sous le ciel de Séoul, 2018), il met la Chine à l'honneur avec ses Quinze causeries en Chine, cinq conférences prononcées dans l'Empire du Milieu autour des oeuvres qui l'ont marqué et de son rapport à la littérature. 

Les idéogrammes chinois donnent une familiarité avec l'esprit de la Chine, ils donnent un aspect très logique du monde.                    
(J.M.G. Le Clézio)

Depuis que je suis très jeune, je voue un culte à la culture et à la civilisation chinoises, dans tous leurs aspects, y compris dans leurs contradictions au temps de la révolution.                            
(J.M.G. Le Clézio, Quinze causeries en Chine, Gallimard,  2019, p.44)

 

À ÉCOUTER AUSSI

32 min

La Grande table (2ème partie) Faut-il faire la morale aux intellectuels ?

Les Vices du savoir. Essai d’éthique intellectuelle

cf. aussi Karl Kraus, Robert Musil,Viktor Klemperer, vertu épistémique

La norme du vrai

Quelles relations les intellectuels, les médias et les politiques entretiennent-ils aujourd’hui avec la vérité ? Dans des sociétés où le baratin semble être devenu la règle, le philosophe Pascal Engel s'emploie à redonner du sens à cette valeur longtemps dénigrée.

Si une forme de relégation de la vérité a toujours existé selon lui, notre époque est caractérisée par un rapport particulier à cette notion. Dans son ouvrage, Pascal Engel décrit la figure du bulshitter, le "producteur de foutaise", à partir de la notion théorisée par Harry Frankfurt. Paradoxalement, celui-ci ne sort pas à proprement parler de l'opposition entre le vrai et le faux, puisqu'il s’attache malgré tout à démontrer la vérité de son discours. En revanche, c’est le rapport de ses assertions avec la vérité que le bullshitter dénigre. Pour Pascal Engel, cette figure est particulièrement présente aujourd'hui sur tous les plans.

Cette dimension ambivalente de notre rapport à la vérité rend d'autant plus nécessaire la réhabilitation de cette notion dans le cadre d'une éthique intellectuelle. Pascal Engel montre la spécificité d'une telle démarche, qui associe deux dimension de la vie humaine longtemps divisées : la connaissance et l'éthique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.