Illustration nazie de la perversion du Droit au motif de la loyauté et l'obéissance

La face sombre du principes de loyauté et l'obligation d'obéissance. " Le droit, qu'est-ce que c'est ? C'est ce que dit le fürher " Hans Franck cité par Philippe Sands, avocat et professeur de droit international à Londres, qui vient de publier "La Filière" (Albin Michel, 2020). Le nazisme fut un régime de juristes : l'état d'exception/d'urgence fut formulé par le juriste Carl Schmitt.

https://www.franceculture.fr/emissions/esprit-de-justice/une-famille-nazie

Les nazis n'étaient pas des monstres mais des rhétoriciens sortis des universités. Ils habillaient leur brutalité dans la culture. Des hédonistes du crime, de la violence légitime. Ils invoquaient le " devoir ", l'obéissance à la loi, celle qu'ils avaient fait adopter pour agir comme ils l'ont fait.

Le livre de Philippe Sands rappelle que le Droit ne doit pas seulement être adopté mais qu'il soit conforme aux principes fondamentaux qui le gouvernent dans une société démocratique moderne. Sans quoi, il n'y a pas de démocratie ni de légitimité de l'action publique mais des actes internationalement illicites en considération de l'ordre public international fondé sur les droits humains depuis 1945, dont le respect de la dignité humaine est le principe matriciel.

Prolonger :

Sur Médiapart :

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.