Typhoon Hagibis au Japon : une mise en demeure de la nature aux gouvernements

70 morts et 15 personnes disparues. Un mètre de pluie en 24 heures. 20 rivières en crue inondant de nombreuses agglomérations. Les études climatiques prévoient que l'archipel japonais risque de connaître plus souvent des typhoons plus violents dans l'avenir. C'est une mise en demeure des gouvernements à modifier la fiscalité des transports commerciaux pour prévenir efficacement la pollution.

https://www.washingtonpost.com/weather/2019/10/14/why-typhoon-hagibis-packed-such-deadly-devastating-punch-japan/

Hagibis, c'est loin le Japon. Xantia a montré des tempêtes peuvent frapper la France et l'Europe.

Hagibis souligne les conséquences de l'abdiquation politique, d'un refus des gouvernants à prendre leurs responsabilités.

Ce n'est pas le consommateur mais le producteur qu'il faut recadrer et adapter la fiscalité à la sauvegarde de l'environnement pour que cessent les productions polluantes et leurs transports à travers la planète.

Les mesures à prendre sont connues.

Relocaliser les productions et l'emploi, favoriser les circuits courts et les transports par voie ferrée, relancer une politique d'aménagement du territoire, supprimer l'optimisation fiscale et l'inéquité fiscale, favoriser la fiscalité des sociétés coopératives, développer les AOC pour les fruits légumes et produits alimentaires, associer l'appellation agriculture biologique à l'économie équitable (ne peut être bio qu'un produit issu de l'économie équitable), exclure du bio toute production industrielle, taxer les appareils électriques au prorata de leur consommation (à l'identique de la production de CO2 des moteurs de voitures), obliger les constructeurs à produire des appareils réparables et entièrement recyclables, ...

Cette abstention politique est une faute et justifie la plainte internationale devant le Comité des droits de l'enfant.

 

Mise à jour :

Manger local, projet social ?

Le Temps du débat

Journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire, journée mondiale de l'alimentation : la nourriture est à l'honneur aujourd'hui. L'occasion...

 

prolonger :

L’agonie du «ruissellement»: fausse théorie, vraie politique de classe

Par Romaric Godin

L’impôt sur la fortune est au cœur de la campagne démocrate aux États-Unis. Non sans raison, car tous les piliers de la pseudo-théorie du « ruissellement » s’effondrent désormais et dévoilent sa réalité crue : celle d’une politique de classe.

MACRON : LA GUERRE SOCIALE EN FRANCE

Dans son livre récemment paru, Romaric Godin montre que le néolibéralisme qui commande ce projet révolutionnaire se distingue nettement du libéralisme économique classique : il s’agit d’imposer, avec tous les moyens dont la puissance publique peut disposer, une marchandisation intégrale de tous les aspects de la vie sociale, ce qui garantirait aussi bien la croissance que la plus grande justice possible. Le néolibéralisme n’est pas seulement une doctrine économique, c’est aussi une politique générale fondée sur une conception cohérente et totalisante de l’homme en société.

Le «Nobel d’économie» s’intéresse à la question sociale

Par Romaric Godin

La Française Esther Duflo a reçu le « prix de sciences économiques de la Banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel » avec l’Indien Abhijit Banerjee et l’économiste étasunien Michael Kremer. L’Académie suédoise a salué leur démarche dans la définition de politiques efficientes de lutte contre la pauvreté.

MACRON, L’INCARNATION DU BLOC BOURGEOIS

Comment En Marche a capté l’électorat du bloc bourgeois ? Quelle stratégie opposer face à ce bloc, entre populisme, souverainisme, ou plutôt retour à une union de la gauche, façon programme commun ? Les gilets jaunes sont-ils l’expression de l’anti bloc bourgeois qui pourrait naître de la recomposition politique en cours ? Pour tenter de répondre à ces questions, Théophile Kouamouo a reçu Bruno Amable, auteur de l’Illusion du bloc bourgeois.

Aux Etats-Unis, l’idée fait son chemin

Par Mathieu Magnaudeix

L’idée de taxer davantage les super-riches sera un des sujets majeurs de la campagne démocrate aux États-Unis. La première puissance mondiale est désormais une « ploutocratie » où les inégalités fiscales sont insoutenables, argumentent les économistes français Gabriel Zucman et Emmanuel Saez dans un livre qui fait événement outre-Atlantique.

«Taxer les riches, c’est possible, même en Europe»

Par Mathieu Magnaudeix

L’économiste français Gabriel Zucman publie aux États-Unis The Triumph of Injustice (Norton Books), coécrit avec son collègue Emmanuel Saez. C'est lui qui a élaboré le super impôt sur la fortune proposé par Elizabeth Warren et Bernie Sanders. Son credo : aux États-Unis comme en France, on peut lutter contre l’évasion fiscale. Il suffit de le décider.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.