Inondations en Belgique : la réforme de la Protection civile est pointée du doigt

Ce n’est pas vraiment son habitude. Mais ce matin, Elio Di Rupo n’a pas mâché ses mots concernant les difficultés qu’ont connues les services de sécurité pour intervenir hier : "C’est une évidence. C’est la preuve que la réforme des zones de sécurité de la Protection civile était une erreur."

https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_inondations-pourquoi-la-reforme-de-la-protection-civile-est-elle-pointee-du-doigt?id=10806000

En 2017, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Jan Jambon (N-VA) a lancé une vaste réforme de la Protection civile. Comme l’indique la Protection civile elle-même, sur son site, Jan Jambon a rendu public son plan en avril 2017.

La réforme "réaffirme la place et la plus-value des interventions de la Protection civile au sein de la Sécurité civile, garantit les budgets de fonctionnement et d’investissement pour l’avenir et vise à renforcer les capacités de lutte contre les nouveaux types de risques tels que le terrorisme et les changements climatiques."

Concrètement, la réforme a entraîné la fermeture de 4 des 6 casernes de la Protection civile disséminés sur le territoire.

Prolonger :

Mazout, moisissures, rats : après les inondations, attention aux maladies pour les sinistrés et bénévoles 

Après les inondations dévastatrices de ces derniers jours, et alors que l’eau s’est retirée, de nombreux autres dangers menacent les victimes, avertit Médecins sans frontières.

Marie Burton, coordinatrice des opérations nationales de Médecins sans frontières, était invitée ce lundi sur La Première.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.