Services publics et fonctionnaires : une inégale répartition sur le territoire

Parmi les revendications des gilets jaunes, un accès égal à des services publics de qualité. La Bulle économique par Catherine Petillon

https://www.franceculture.fr/emissions/la-bulle-economique/fonctionnaires-une-inegale-repartition-sur-le-territoire

Plus de justice sociale, d'équité territoriale, ou de réponses apportées aux habitants des territoires ruraux : voilà des demandes qui s'expriment depuis des semaines sur les rond-points. « Comment faire évoluer le lien entre impôts, dépenses et services publics pour mieux répondre aux besoins des Français ? » Par cette formule le gouvernement a mis le sujet au menu de la concertation qui débute cette semaine, suite à la mobilisation des gilets jaunes. 

La réponse aux besoins de services publics passe entre autres par le nombre de fonctionnaires. Avec ses 5,66 millions de salariés, l'emploi public est resté globalement stable en 2017. C'est ce que nous apprend l'Insee dans une note publiée cette semaine. Même si le constat mérite quelques nuances selon les trois fonctions publiques- d'Etat, hospitalière et territoriale. Au sein des collectivités locales, les effectifs globaux baissent, cela s'explique par la diminution du nombre de contrats aidés décidée en début de quinquennat. La fonction publique d'Etat, elle, est en légère hausse. Cela vient d'une augmentation du nombre de contrats dans les ministères, en particulier à l'Education nationale. 

Inégale répartition 

En moyenne, cela représente 72 fonctionnaires pour 1000 habitants en France métropolitaine. Mais derrière ce chiffre, ce qu'on appelle le taux d'administration, on trouve de grandes disparités territoriales. C'est en tout cas ce que souligne l'économiste François Ecalle, dans une analyse de la répartition des emplois publics, publiée cette semaine sur son site Fipeco.
En haut de la liste se trouvent l'Ile-de France, avec 81 agents pour 1000 habitants- mais cela s'explique par la présence des administrations centrales, et la Corse avec 80 pour 1000. L'écart est de 16% entre les régions PACA et Pays de la Loire
Et si l'on ne regarde que la territoriale cela monte à 50 % de différence entre la région PACA, la mieux pourvue, et Grand Est, la moins dotée. La répartition est  très inégale entre les régions, et encore plus entre les départements Et surtout on manque d'explications claires sur les raisons de ces disparités.

Mais en tout cas,souligne l'étude de François Ecalle, la cartographie de ces inégalités ne permet pas de conclure à une coupure entre d'un côté des zones urbaines qui seraient suradministrées et de l'autre une France rurale qui serait délaissés. Alors pourquoi dans certains de ces territoires s'expriment si fort un sentiment d'abandon? C'est davantage en raison de l'organisation et de la répartition des services publics, de plus en plus concentrés au sein de métropoles. En somme de la proximité. En 2016, l'Insee s'était penché sur l'accès aux services de la vie courante (c'est-à-dire non pas seulement les services publics mais aussi des commerces) : selon la densité de la commune, le temps de trajet peut être multiplié par deux ou trois.Dans ce ce cas, c'est plutôt le nombre de fonctionnaire par km2 qui est un enjeu. Pour les habitants, l'isolement et les kilomètres mettent à distance, à tous les sens du termes, la répartition de la dépense publique

Mais surtout ni le nombre de fonctionnaires ni leur répartition ne suffisent pas à renseigner une éventuelle rupture d'égalité devant le service public. D'abord parce que cela ne dit pas tout. Par exemple cela ne montre pas les recours à des délégations de service public, très variables d'une région  à l'autre. Ensuite, cela constitue un indicateur qui masque de nombreuses différences - comme le temps de travail. Surtout, l'efficience du service public et la mise en oeuvre du principe d'égalité ne peuvent dépendre du seul nombre d'habitants.

Le type de territoire (par exemple plaine ou montagne), le taux de chômage ou la pyramide des âges n'induisent pas les mêmes besoins d'une région à l'autre. Or il reste difficile aujourd'hui, en particulier suite aux dernières vagues de décentralisation, d'avoir une vision nationale de la répartition des fonctionnaires territoriaux selon leurs fonctions. Cela serait pourtant un bon début à l'aube d'une discussion sur l'efficience du service publics dans les territoires. Et alors que planent les préconisations d'économies du rapport Cap 2022, enterrées par le gouvernement cet été. Et qui pourraient ressortir à la faveur de ce débat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.