L’évolution de l’ordre public : d’un ordre public vers un ordre moral ?

Réflexions sur la bouteille à moitié pleine de la démocratie française ou la bouteille à moitié vide de l'esprit de Vichy, dès lors qu'on admet que le pouvoir administratif et réglementaire peut porter atteinte aux droits fondamentaux puisqu'il existe des voies de recours... Tous les régimes dictatoriaux se donnent l'apparence d'un Etat de droit.

https://chevaliersdesgrandsarrets.com/2012/04/10/fiche-droit-administratif-ordre-public/

Cet article signale l'archaïsme de la doctrine française en matière d'ordre public à citer encore Maurice Hauriou sans tirer les conséquences de l'évolution profonde du droit positif et de la notion de l'ordre public reposant aujourd'hui non dans l'apparence des choses mais justement dans l'appréciation du respect du droit au fond, notamment celui des droits de l'Homme, dont l'Etat a l'obligation positive d'en garantir l'efficacité.

L'Etat ne saurait donc y faire grief, d'où l'erreur de toute la seconde partie. A moins de justifier à peu près tout et n'importe quoi comme l'histoire de France en a donné des exemples.

Voir encore récemment la répression des foules qui s'inspire et se justifie par Gustave Le Bon, et son ouvrage de 1895 (!) Psychologie des foules

En négligeant tous les auteurs contemporains de la psychologie sociale.

Il y a comme de l'archaïsme conservateur en France.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.