Empreinte écologique des ultra riches : les UHNWI* et leurs superyachts**

La multiplication des superyachts depuis les années 1980 donne la mesure de l'enrichissement*** et la dépense ostentatoire. Torstein Vebleinde a initié la réflexion sur ce séparatisme par l'argent. Grégory Salle montre qu'il pose aussi question en matière d'environnement et d'équité fiscale. Les UNHWI, en plus d'être prétenteieux, seraient-ils, en plus, préjudiciables à la société ?

https://www.franceculture.fr/emissions/superfail/superyachts-super-catastrophe-0

* Les UHNWI - Ultra high-net-worth individual - sont des personnes qui détiennent plus de trente millions de dollars, hors immobilisation. Ils représentent 0.003% de la population (source).

**  « superyachts » : navires de plaisance de luxe dépassant les 30 mètres de longueur.  Il y en a environ 5 500 aujourd’hui.

*** Global UHNWI population to grow by 27% over the next five years: Knight Frank

Le sujet des super yachts montre qu'il existe des ultra riches, des radicalisés de la fortune ; comme il existerait une ultra gauche.

L’impact écologique des superyachts est sans surprise particulièrement désastreux : outre la pollution engendrée par leur construction, les émissions de CO2 des navires en activité sont colossales.

Les superyachts révèlent un phénomène de ségrégation sociale. Les dispositifs fiscaux ne permettent pas d’appliquer la redistribution sur ces biens de luxe. La réforme fiscale du 1er janvier 2018 qui a eu pour effet majeur de transformer l’ISF (Impôt de solidarité sur la fortune) en IFI (Impôt sur la fortune immobilière) a en effet exclu de cet impôt les superyachts. 

Prolonger :

Consommation ostentatoire — Wikipédia

Thorstein Veblen — Wikipédia

Les règles de l’ostentation : L’œuvre-phare de Veblen : source et guide de la sociologie du loisir

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.