Voyage en Misarchie - Emmanuel Dockès (Aux Sources)

(...) si j’étais vraiment libre, je ferais des trucs pas possibles, des choses incroyables, j’aurais une vie dingue et libérée de tous les carcans qui briment ma créativité et mon désir. C’est du moins ce dont j’étais persuadée jusqu’à ce que je referme le livre d’Emmanuel Dockès. « Voyage en misarchie. Essai pour tout reconstruire » (Editions du Détour).

https://www.hors-serie.net/Aux-Sources/2017-06-10/Voyage-en-Misarchie-id238

Utopie, joyeuse et parfaitement crédible, à mi-chemin entre le roman et l'essai, le livre prend la forme du témoignage d'un personnage perdu sur une terre inconnue à la suite d'un accident d'avion, dont il va découvrir les règles et les mœurs. La misarchie, le régime dont s'est doté le pays imaginé par Emmanuel Dockès, offre à ses habitants des services publics opulents mais pas d’État, la liberté d’entreprendre sans capitalisme, un temps de travail de 15 heures hebdomadaires, des entreprises auto-gérées...

Grâce à un corpus de règles subtiles et à une stricte répartition des pouvoirs qui empêche toute domination d’un groupe, d'une institution, d'une idéologie, d'une morale sur le reste de la société, les habitants de la misarchie jouissent d’une liberté quasi infinie pour choisir le mode de vie qui leur correspond. Ils peuvent consommer des drogues dures, avoir une vie sexuelle débridée, vivre en communauté, être polygames, s’habiller comme bon leur semble, avoir les pratiques religieuses les plus étranges… tout est parfaitement toléré tant qu’on ne cherche pas à l’imposer aux autres.

Au fil des pages, en prenant conscience de ce que serait une société où la liberté est prise réellement au sérieux, on est tenté d’imaginer ce qu’on pourrait en faire soi-même. Quelle serait ma vie si tous ces possibles s’offraient à moi? Et c’est là que j’ai dû me rendre à l’horrible évidence : je pense qu’elle serait peu ou prou la même ! Un mari, des enfants, une maison, un travail, des vacances de temps en temps… Ce serait d’une banalité affligeante. Mais ce qui est formidable, c’est que la misarchie permet ça aussi, il n’y a pas d’injonction, d’aucune sorte (contrairement à la pub, qui y est d’ailleurs interdite !). En revanche, je serais drôlement heureuse, qu’autour de moi, tout le monde puisse faire absolument ce qui lui chante...

Aux Sources , émission publiée le 10/06/2017
Durée de l'émission : 86 minutes

 

Prolonger :

 

" Voyage en misarchie - Essai pour tout reconstruire " Par Emmanuel Dockès aux Editions du détour  (réédition poche : 13.90 euros)

Misarchie : là où l’on n’aime pas le pouvoir.

Emmanuel Dockès expose dans cet essai ses propositions pour repenser notre société dans tous ses aspects : la monnaie, la démocratie participative, le partage du travail, la propriété, la place de la gratuité, de l’autogestion, de la liberté d’entreprendre, des services publics, de l’autodétermination…

Cette réflexion politique démontre que les dérives autoritaires et libérales actuelles ne sont pas une fatalité et qu’il est possible de penser une évolution radicale de la société, dans une direction strictement inverse.

L’ouvrage prend la forme facétieuse du témoignage d’un personnage perdu sur une terre inconnue dont il va découvrir les règles et les mœurs.

L’auteur : Juriste engagé, Emmanuel Dockès est professeur de droit à l’université Paris Ouest-Nanterre.

Il a coordonné le projet Proposition de Code du travail qui se propose de réduire des trois quarts le volume du Code du travail, avec un niveau de protection supérieur pour les salariés.

 

 

France culture 20/06/2017 " Un monde sans chef, l’utopie d’Emmanuel Dockès " La Grande table (2ème partie) par Olivia Gesbert

Emmanuel Dockès, professeur de droit à l'université Paris Ouest Nanterre, s'est rendu en Misarchie, un régime imaginaire où les pouvoirs et les modes de domination sont réduits au maximum... Une utopie, un roman-essai, qui révèle les dérives actuelles et permettent de penser une évolution radicale.

Dans l'actualité des idées aujourd'hui, il sera donc question d'un monde sans chef, de partage du pouvoir et de libertés nouvelles. Pour l'imaginer, rendons-nous en misarchie, un régime construit autour d'un système politique évolutif et non pyramidal. Une sorte d'hyper-démocratie dont le but ultime serait de réduire les pouvoirs de l'Etat pour maximiser la liberté de chacun. Une Utopie grandeur nature qui secoue nos préjugés.

Voyage en misarchie, essai pour tout reconstruire, aux Editions du Détour, est un roman-essai dont le héros est comme l'auteur un professeur de droit. Alors qu'il se rend à un congrès en Australie, il est victime d'un accident d'avion. Il part chercher des secours et se retrouve sur une terre inconnue, un pays qui vit sous ce régime hors-système établi...

On connaît Emmanuel Dockès pour son engagement contre la réforme du droit du travail dite El Khomri. Avec d'autres chercheurs réunis dans le Groupe de recherche pour un autre code du travail, il a fait des contre-propositions de réforme plus protectrice et vers un droit simplifié, publiées en mars dans un livre intitulé Proposition de code du travail, chez Dalloz.

Professeur de droit à l'université Paris Ouest Nanterre, ce juriste spécialiste du droit du travail réfléchit depuis longtemps aux concepts de liberté, de pouvoir, de droit et de représentation, rassemblées dans un ouvrage paru en 2005 : Valeurs de la démocratie - Huit notions fondamentales.

Ce voyage en Misarchie est à la croisée de tous ces mondes...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.