Le bras droit d'Orban démissionne après la révélation de son hypocrisie

Une intervention de police provoque la démission de Jozsef Szajer, poids lourd politique ultraconservateur, député européen depuis l’adhésion de la Hongrie à l’Europe en 2004. Cet ami de Viktor Orban a été interpellé pour une «lockdown party» dans le quartier gay de Bruxelles, où les autorités policières et judiciaires révèlent n’avoir verbalisé que des hommes.

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20201201_01533666/un-eurodepute-hongrois-reconnait-avoir-participe-a-la-lockdown-partouze-des-diplomates

(...)

Il n’est alors pas encore question de l’eurodéputé hongrois. Mais «un passant a signalé aux policiers qu’il avait vu un homme s’enfuir le long de la gouttière, qu’il a pu identifier ensuite». D’après le parquet, «ses mains étaient ensanglantées. Il est donc possible qu’il se soit blessé lors de sa fuite. Des stupéfiants ont été trouvés dans son sac à dos».

Lors de son interpellation, le suspect ne peut produire aucun document d’identité. Mais «il est amené jusqu’à son domicile, où il s’est identifié comme S. J. (1961) au moyen d’un passeport diplomatique». En plus de son PV pour non-respect des mesures Covid, Jozsef Szajer est inquiété pour «infractions relevant de la législation en matière de stupéfiants».

(...)

Sur Twitter, les opposants de Viktor Orban, dont de nombreux militants de la cause LGBT +, l’ont bien compris. Ainsi, on peut lire sur le réseau social que, «dans un pays normal, personne n’aurait à fuir par une gouttière pour ne pas être découvert dans un bar gay». Certains décrivent ainsi comme une «tragédie» ce qui pourrait n’être considéré que comme un banal fait divers dans d’autres circonstances. Ou d’autres pays.

(...)

 

Prolonger :

Libération :

Hypocrisie A Bruxelles, un eurodéputé du parti d'Orbán pris dans une «lockdown partouze» gay Par Nelly Didelot 1 décembre 2020

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.