L'Arcep juge la TNT vouée à disparaître

À travers un rapport qu'il vient de publier, l'Arcep – l'autorité de régulation des communications électroniques – dépeint la situation de la TNT, qu'il juge à bout de souffle. Désormais second mode de réception télévisuel des Français, la réception numérique terrestre pourrait tirer sa révérence au profit des autres modes de réception. Par Régis Jehl

https://www.lesnumeriques.com/tv-video/l-arcep-juge-tnt-vouee-a-disparaitre-n75351.html

Les temps changent et les chiffres parlent d'eux-mêmes. Si en 2010, 67 % des Français captaient la télévision par l'antenne râteau, ils ne sont désormais plus que 50,8 % à utiliser au moins en partie ce mode de réception. Cette baisse n'a rien d'étonnant puisque, dans le même temps, la part d'utilisateur de l'IPTV (réception via box ou applications) a progressé de manière exponentielle, passant de 21,7 % à 55 % (certains foyers consultent la télévision depuis plusieurs sources) ; la réception par satellite étant pour sa part à 24% de manière assez stable.
 
De toute évidence, cette tendance va se poursuivre lors des prochaines années. C'est du moins ce que rapporte Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, dans un entretien avec Les Echos. Celui-ci juge ainsi que "la TNT est désormais à bout de souffle", qu'il est désormais "temps de préparer l'avenir de la diffusion télévisuelle", et cela devrait se faire sans la régulation de l'Arcep. Son président juge ainsi qu'il est temps d'apporter plus de flexibilité de façon à pouvoir financer plus facilement le passage au satellite dans certaines zones rurales et privilégier la réception par les réseaux télécoms pour les autres.
 
L'idée est simple : l'État a investi plusieurs millions pour apporter le très haut débit à tous les Français d'ici à 2022, pourquoi alors financer dans un même temps la TNT ? En effet, à terme, tous les Français devraient être en mesure de réceptionner la télévision en IPTV, tout du moins en théorie. Pour éviter cette double dépense, l'Arcep préconise donc de cesser les investissements sur ce mode de diffusion ; tout en rappelant que la Commission européenne a jugé nécessaire de sécuriser les fréquences TNT jusqu'en 2030. Leur réattribution est donc pour l'heure mise de côté, même si Sébastien Soriano ne manque pas d'indiquer qu'elle puisse être profitable à la seconde phase de déploiement du réseau cellulaire 5G.

Nos confrères des Échos rappellent par ailleurs que les chaînes actuellement diffusées sur la TNT ont, en contrepartie d'une fréquence accordée gratuitement, des obligations assez contraignantes : "Elles ont donc pris des engagements forts en matière d'exposition des œuvres françaises et surtout sur leur financement. Cela contribue à la sacro-sainte exception culturelle française." Renoncer à la diffusion par la TNT aura forcément une incidence sur le financement de la création télévisuelle française, ce qui ne laissera sans doute pas indifférents les intéressés.
 
L'Arcep n'est cependant pas le seul maître à bord en matière de TNT, et le CSA a également son mot à dire, tout comme l'autorité de la concurrence. Une consultation est ainsi lancée dès à présent de manière à pouvoir proposer un projet de décision aux intéressés au courant de l'automne. Ensuite, la décision définitive sera présentée à la Commission européenne. On comprendra qu'il reste encore du temps à la TNT, d'autant plus que le CSA, justement, a engagé une série de travaux destinés à moderniser la TNT sur les six prochaines années. Cela concerne aussi bien le passage à la norme DVB-T2 que la diffusion de la 4K et/ou du Full HD de meilleure qualité.

 

Parmi les commentaires à l'article :

Et donc EXIT la télé gratuite? EXIT la télé qu'on peut regarder sans être surveillé ?

En cas de coupure internet, la TNT, elle, fonctionne toujours. C'est simple et fiable. Sans parler de ceux qui n'ont pas de connexion internet à la maison.

Quand tu as 5Mb de débit internet, tu te poses pas la question tu passes par la TNT. De plus la qualité est toujours meilleurs à ce jour par la TNT.

La TNT est de bien meilleure qualité que l'IPTV. La TNT est bien plus souvent fonctionnelle que l'ADSL. L'image de la TNT est disponible en moins de 10 secondes, alors qu'une box IPTV va mettre plusieurs minutes à booter et fournir la première image. Il est vrai que de moins en moins de personnes utilisent la TNT aujourd'hui, mais ne serait-ce tout simplement pas parce qu'il n'y a plus d'antenne râteau sur les nouveaux immeubles ?

+1 pour conserver la TNT, bien plus fiable que l'IPTV. EN plus, sur la TNT, y'a beaucoup moins de retard entre l'événement qui s'est produit et son visionnage sur l'écran (je parle des événement en direct).

Au mois de mars on a eu une coupure à la fois sur la 4g et l'ADSL. N'ayant pas d'antenne TNT on n'avait plus de TV du tout. En revanche j'ai pas le souvenir récent d'une panne d'émetteur. Bref c'est très con leur histoire. Le jour où un sondage dira que les français utilisent en majorité youtube et netflix ils vont dire pourquoi on finance encore la tv ?

La TV n'est pas gratuite. Les téléspectateurs paient une redevance TV de près de 140€/an.(sauf  dans un des cas d'exonération, c'est-à-dire les plus petits revenus qui sont aussi ceux qui n'ont pas internet... ou les moyens de se le payer)

 

Prolonger :

Le modèle économique du numérique n'est pas d'améliorer la qualité mais d'augmenter la quantité

Cela signifie une qualité d'image et de son en baisse au profit d'une plus grande quantité d'images et de sons (de moins en moins bons puisque la bande passante est fixe). D'où la question de savoir ce que vaudra la télévision par voie IP au fur et à mesure du développement des connexions et des flux d'informations ?

Internet outil de discrimination sociale

Dans un contexte de digitalisation accélérée de la société, plus d’un Français sur quatre est aujourd’hui en difficulté numérique. Ce papier propose un éclairage sur la façon dont s’opère cette nouvelle forme de discrimination, et les raisons pour lesquelles le numérique est devenu un facteur d’exclusion…

Sur France culture, écouter :

Dominer l’informatique avec Gérard Berry

Gérard Berry, informaticien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d'Algorithmes, machines et langages, auteur de L'hyperpuissance de l'informatique : algorithmes, données, machines, réseaux (Odile Jacob, octobre 2017)

Ecouter notamment à 8'30"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.