L'Allemagne condamne la violation du droit international par la Turquie

"L'offensive turque dans le nord de la Syrie viole le droit international". Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a condamné l'agression turque sur la chaîne de télévision ZDF "Nous ne pensons pas qu'une attaque contre des unités kurdes ou une milice kurde est légitime au regard du droit international", (...). Allô ? le Quai d'Orsay, c'est pour un signalement...

https://www.zdf.de/nachrichten/heute/maas-wirft-tuerkei-voelkerrechtsverletzung-vor-100.html

Conflit en Syrie - Maas accuse la Turquie de violer le droit international
par Stefanie Reulmann Date : 20.10.2019 23:00 heures

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas condamne l'offensive turque dans le nord de la Syrie. Ce n'était "pas conforme au droit international", a-t-il déclaré dans le programme de la ZDF "Berlin direkt".

Après les attaques de la Turquie, l'UE a accepté " très rapidement au niveau des ministres des affaires étrangères " de ne plus " exporter d'armes en Turquie ", a déclaré le politicien du SPD. Le ministre des Affaires étrangères a déclaré qu'aucun matériel de guerre n'avait été livré auparavant, mais seulement du matériel "pour effectuer des mesures de déminage ou pour la marine turque". Aujourd'hui, "plus rien n'est exporté du tout".

D'autres sanctions envisageables

Les Etats membres de l'UE veulent également maintenir " d'autres mesures ouvertes, y compris des sanctions économiques " dans le conflit avec la Turquie, souligne M. Maas. Mais cette décision sera prise "le moment venu" et uniquement en concertation étroite avec les partenaires européens.

L'homme politique de la CDU, Johann Wadephul, a également appelé à ce que l'UE parle d'une seule voix dans le conflit, ce qui est extrêmement important. Il avait mis en doute l'adhésion de la Hongrie à l'UE parce que les dirigeants hongrois avaient soutenu l'attaque d'Erdogan contre le nord de la Syrie.

Absence de fondement en droit international

Cependant, Maas ne veut pas se joindre à cela. Il ne voit pas ce manque d'unanimité au sein de l'UE, au contraire : "La Hongrie a soutenu toutes les décisions", souligne-t-il, y compris l'interdiction des exportations d'armes.

L'attaque de la Turquie contre la Syrie constitue une violation du droit international. Il ne voit aucune légitimation pour l'attaque de la Turquie contre la Syrie, dit Maas. "Nous ne pensons pas qu'une attaque contre des unités kurdes ou des milices kurdes soit ou puisse être légitimée par le droit international ", a poursuivi le ministre des Affaires étrangères. S'il n'y a pas de fondement en droit international, une invasion est également "non conforme au droit international".

Parler des accords sur les réfugiés

" Nous ne sommes pas d'accord pour que les réfugiés syriens de la guerre civile, qui sont maintenant en Turquie, soient envoyés en Syrie de cette façon... Nous ne paierons pas pour des choses que nous ne croyons pas être légales. " Le ministre des Affaires étrangères Maas sur ZDF

Le chef de faction du SPD Rolf Mützenich avait demandé que l'attaque contre la Syrie soit portée devant la Cour pénale internationale. " Cela ne sera clarifié que dans les semaines à venir ", a déclaré M. Maas. Il a dit qu'il serait nécessaire d'attendre de voir comment le cessez-le-feu se déroulerait, puis d'espérer un dialogue avec la Turquie.

En ce qui concerne la situation des réfugiés sur le terrain, il faudrait également en discuter avec le gouvernement turc. "Nous ne sommes pas d'accord pour que les réfugiés syriens de la guerre civile qui se trouvent actuellement en Turquie soient envoyés en Syrie de cette manière ", a dit M. Maas. Ces points doivent également être discutés "dans le cadre de l'accord sur les réfugiés". "Parce que nous ne paierons pas d'argent pour des choses qui ne sont pas légales à notre avis", souligne-t-il.

Les insultes rebondissent

Maas lui-même a récemment été décrit par le président turc comme un "dilettante politique". Mais ces insultes rebondissent sur lui, dit-il. "Personnellement, c'est aussi élevé que large. Par conséquent, je préfère que M. Erdogan tire avec des mots plutôt qu'avec des roquettes. Si nous sommes d'accord sur ce point, il sera heureux de continuer à m'insulter", dit Maas sur ZDF.

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.