Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Lien 21 déc. 2021

Le goulag démontrerait l'effet des individus éduqués sur la prospérité locale

Une étude sur la déportation au goulag des personnes ayant reçues une éducation en URSS, menée par Pierre-Louis Vezina du King's collège de Londres et Gerhard Toews de la New economic school de Moscou, conclut à l'influence de la culture dans le succès scolaire des enfants et la dynamique économique qu'elle favoriserait. L'évidence nécessite-t-elle de passer par le goulag ?

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.kcl.ac.uk/news/how-victims-of-soviet-era-gulags-are-shaping-prosperity

L'étonnante étude de MM. Vezina et Toews impose que soit rappelé qu'un même résultat peut être obtenu sans le goulag (fort heureusement) ; dès lors que le pouvoir s'applique à mettre toutes les ressources disponibles à rendre le droit à l'instruction efficace pour tout le monde, et non pas seulement à une petite minorité de personnes dont la fortune leur permet de fréquenter des universités où les droits d'inscription sont prohibitifs. Ce qui n'est pas, semble-t-il, l'option politique des ces dernières années prônée par Madame Pécresse, Monsieur Blanquer ou Madame Vidal.

Traduction de la Conclusion de l'étude de MM. Vezina et Toews :

Le goulag est l’un des systèmes répressifs les plus sombres de l’histoire humaine récente. Pour consolider son pouvoir et pousser à l’industrialisation, le régime soviétique a tué et envoyé des millions de personnes dans des camps de travail forcé dispersés à travers l’Union soviétique. Dans ce document, nous examinons les conséquences à long terme de cet épisode de réinstallation sur les résultats du développement local. Nous soulignons d’abord la prévalence des ennemis du peuple comme prisonniers du goulag. Les ennemis étaient les élites éduquées, ciblées par les autorités, car elles représentaient une menace pour le régime dépendant de la propagande. Nous montrons que cette répartition massive et forcée du capital humain a eu des effets persistants. Soixante ans après la mort de Staline et la disparition du goulag, les zones autour des camps qui avaient une part plus élevée d’ennemis sont aujourd’hui plus riches, capturées par les salaires et les profits des entreprises, ainsi que par les lumières de nuit par habitant. Nous montrons également que les répondants au sondage qui s’identifient comme les petits-enfants d’ennemis sont plus susceptibles d’avoir fait des études collégiales. Nous soutenons donc que l’éducation transférée des ennemis déplacés de force à leurs enfants et petits-enfants explique en partie la prospérité à travers les localités de la Russie. Notre document peut être considéré comme une expérience naturelle qui identifie la persistance à long terme de l’enseignement supérieur et ses effets sur la prospérité à long terme. Malheureusement, il met également en évidence comment les actes atroces des individus fous peuvent façonner le chemin de développement des localités sur de nombreuses générations. "

Texte original en anglais :

" The Gulag is one of the darkest repressive system in recent human history. To consolidate its power and push for industrialization, the Soviet regime killed and sent millions to forced labor camps scattered across the Soviet Union. In this paper we look at the long-run consequences of this resettlement episode on local development outcomes. We first highlight the prevalence of enemies of the people as Gulag prisoners. Enemies were the educated elite, targeted by the authorities, for they posed a threat to the propaganda-dependent regime. We show that this massive and forced allocation of human capital had persistent effects. Sixty years after the death of Stalin and the demise of the Gulag, areas around camps which had a higher share of enemies are richer today, as captured by firms’ wages and profits, as well as by night lights per capita. We also show that survey respondents who identify as the grandchildren of enemies are more likely to be college educated. We thus argue that the education transferred from forcedly displaced enemies to their children and grandchildren partly explains prosperity across localities of Russia. Our paper can be seen as a natural experiment that identifies the long-run persistence of higher education and its effects on long-run prosperity. Sadly, it also highlights how atrocious acts by mad individuals can shape the development path of localities over many generations. "

Prolonger

The Economist :

How regions near Stalin’s gulag benefit today from his victims

Educated political prisoners settled near their jails and passed on their human capital to their children.

Magadan

Salekhard

Vorkuta

Iakoutsk

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre