Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Lien 22 juin 2022

Macron refuse d'assumer la responsabilité des conséquences de son comportement

" Pour cela, il faudra clarifier dans les prochains jours la part de responsabilité et de coopération que les différentes formations de l'Assemblée nationale sont prêtes à prendre : entrer dans une coalition de gouvernement et d'action ? S'engager à voter simplement certains textes ? Notre budget ? Lesquels ? ". Gouverner c'est prévoir ; pas persévérer dans l'erreur. Il y a une solution.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.bfmtv.com/politique/elections/legislatives/pas-de-gouvernement-d-union-nationale-ultimatum-a-l-opposition-ce-qu-il-faut-retenir-de-l-allocution-d-emmanuel-macron_AN-202206220661.html

Son quinquennat commence par un déni. Ce que confirme le mépris avec lequel il fait porter la responsabilité de la situation actuelle aux autres. Ce n'est jamais de sa faute. 

Il n'assume pas la conséquence de son impopularité et des réformes antisociales qu'il a imposées par la contrainte et au mépris de la légistique et des droits humains.

Son invitation à l'Elysée signale une fois de plus son refus de respecter l'Etat de droit.

L'exécutif n'a pas à s'immiscer dans la fonctionnement de l'Assemblée nationale en convoquant les chefs de partis à l'Elysée au mépris du principe de séparation des pouvoirs.

Il a  été élu en jouant avec l'extrême-droite pour affaiblir les Républicains, dont il demande maintenant l'aide.

Il n'a pas donné de consigne de vote claire pour faire échec à l'élection des députés d'extrême droite et il a laissé ses ministres assimiler la gauche à l'extrême droite. Il prétend maintenant appeler à l'union celles et ceux qu'il a piétinés.

Une solution serait qu'il démissionne.

Son comportement et son entêtement font qu'il apparaît comme le principal obstacle à la pacification de la politique dont il a dégradé l'image ces cinq dernières années.

Il a perdu la confiance de l'opinion par ces stratagèmes pour la manipuler en faisant des promesses qu'il n'a pas tenues : le grand débat, la convention sur le climat, ... et il persévère avec le conseil national pour la refondation.

Malgré l'opposition des syndicats, des salariés et agents publics il souhaite imposer une nouvelle réforme des retraites dont la cause du déficit n'est pas dans les dépenses mais l'insuffisance et l'absence de recouvrement des recettes.

Le résultat des élections législatives ne peut donc pas être une surprise. Qui a joué avec l'extrême-droite ? L'a banalisée par une pratique de la violence institutionnelle contre les manifestants, les journalistes, les étrangers, le personnel soignant, les étudiants, ...?

La composition de la nouvelle Assemblée paraît plutôt poser assez clairement l'interrogation de savoir s'il est raisonnable de penser qu'Emmanuel Macron s'accroche au pouvoir dans la voie impopulaire et inconventionnelle qu'il a imposée et continue à vouloir imposer pour cinq ans encore ?

Le serment du Jeu de Paume pose que la légitimité de la représentation nationale est au moins équivalente à celle du monarque, fut-il républicain. N'est-il pas plus logique que ce soit celui qui pose problème qui s'en aille, plutôt que les centaines de députés ?

La démission d'Emmanuel Macron serait l'occasion de voir une coalition républicaine et démocratique se former autour d'une candidature proposant de supprimer la fonction présidentielle et de rendre le pouvoir aux populations.

Car Emmanuel Macron a fait la démonstration d'un pouvoir confisqué par une personne qui décide à l'opposé de ce que devrait dicter la réalité sociale, les inégalités, l'injustice fiscale, ... pour garantir le bien-être général qui est le but de l'action publique dans une société démocratique moderne.

Le blocage institutionnel qu'Emmanuel Macron dénonce et dont il tente de rejeter la responsabilité sur les autres est de son fait, en n'ayant pas tiré les conclusions qu'imposaient son quinquennat qui vient de s'achever. Il n'aurait pas du se représenter et faire comme son prédécesseur devant la montée du mécontentement et de son impopularité.

Depuis un certain temps, chaque président nouveau était plus mauvais que son prédécesseur. Le fait qu'Emmanuel Macron ait été réélu porte à s'interroger s'il l'a été parce qu'il n'y a pas plus mauvais que lui ? L'épuisement d'une telle logique finit de plaider en faveur de sa démission et de la suppression de la fonction.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
par carlita vallhintes