Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Lien 23 avr. 2021

Macron promet une école de guerre intérieure pour la police et la gendarmerie

Inquiétante dérive de la conception de la sécurité globale voulue par Emmanuel Macron. En déplacement autour de la sécurité à Montpellier, ce lundi, Emmanuel Macron a annoncé l'ouverture prochaine d'une école de guerre dans la ville. Un drôle de nom pour une structure destinée à la formation des policiers tout au long de leur carrière.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.lindependant.fr/2021/04/19/quest-ce-quune-ecole-de-guerre-dont-macron-a-annonce-la-creation-a-montpellier-9497602.php

L'annonce d'Emmanuel Macron est claire. La sécurité intérieure va avoir son école de guerre intérieure pour combattre l'ennemi intérieur. Avec la pénalisation de l'intention et le concept totalisant de sécurité globale, tout le monde devient suspect et, par la force des choses, un ennemi intérieur ; puisque dorénavant, comme l'indique l'intitulé de l'école promise aux forces de sécurité intérieure, c'est une guerre qu'elles mènent et nécessairement contre un ennemi intérieur.

A l'évidence, l'exécutif acclimate l'opinion à sa dérive fascistoïde et vient de passer un nouveau seuil pour justifier l'emploi disproportionné et violent de la force publique contre les citoyens au mépris du droit à la sûreté en banalisant l'idée, par la création de cette école de guerre, que la sécurité publique relève de la logique du conflit armé.

Emmanuel Macron considère que gouverner est une guerre contre ses concitoyens, que l'Etat est en conflit contre sa population. C'est  étourner les institutions et se placer à l'opposé de ce qu'est un Etat dans une société démocratique moderne. Montesquieu nomme cela le despotisme. Des auteurs plus récents appellent cela totalitarisme ou fascisme.

La presse semble majoritairement s'en satisfaire. Dramatique.

Le 4° pouvoir serait-il également frappé par le syndrome de la démocratie à basse intensité ?

Prolonger :

Documentaire sur la fabrication des journalistes en France

Comment ça marche (pas) ? Une websérie explique les ratés de la démocratie en France

Jury populaire : la justice échappe-t-elle au peuple

Xavier Bertrand prône la répression automatique et systématique

Le droit à la vie paisible macronien selon Bernard Arnault

Après le verdict de Viry-Châtillon, une surenchère policière et politique

Luc Ferry - Christophe Dettinger : deux poids, deux mesures

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai