La conception gaullienne et verticale de l'exercice du pouvoir selon Chevènement

50 ans après la démission du général de Gaulle : quel est son héritage ? Sept présidents et vingt premiers ministres plus tard, que reste-t-il de l’héritage gaulliste ? Pour en discuter aujourd’hui dans Les Matins de France Culture, Guillaume Erner reçoit Jean-Pierre Chevènement et l’historienne Frédérique Néau-Dufour.

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/50-ans-apres-la-demission-du-general-de-gaulle-quel-est-son-heritage

Pouvoir et démocratie :

Aujourd’hui, il y a une campagne idéologique visant à discréditer la démocratie citoyenne, celle qui part du peuple souverain, dont chaque citoyen est une composante et qui fait du peuple, la source du droit. Jean-Pierre Chevènement.

Il y a une certaine correspondance entre la situation actuelle (avec la crise des gilets jaunes) et ce qui s’est passé dans la foulée de 1968. Parler de pagaille est un peu excessif… L’idée de la citoyenneté, l’idée de la République, l’idée de l’Etat, surtout, se sont perdues à ce moment-là. Il y avait ceux qui avaient oublié ce qu’était l’Etat et ceux qui voulaient le maintenir… Aujourd’hui, je sens qu’en France on a perdu ce souci de l’argumentation raisonnée. Jean-Pierre Chevènement.

Le sujet du référendum peut sembler véniel, banal, par rapport au reste de l’épopée et qu’il choisisse de démissionner là-dessus peut paraître surprenant. Peu importe en réalité le contenu du référendum… c’est un aveu criant de respect de la démocratie qu’il est en train de faire. Il y a une sorte de souhait de sa part de mener les Français vers une épreuve de vérité et d’avoir une preuve nette de ce lien particulier qui le lie au peuple. Frédérique Néau-Dufour

Héritage de De Gaulle : 

Je suis né plutôt à gauche dans une famille qui votait généralement socialiste… j’étais très impressionné par la figure de Mendès France dès l’âge de 15 ans. J’ai vu, en 1958, que De Gaulle avait la capacité d’éviter à la France, une guerre civile… je connaissais bien les œuvres du Général De Gaulle, j’avais lu ses Mémoires de guerre et beaucoup de ses écrits. J’ai senti qu’il y avait là, une capacité d’incarnation et de résolution des problèmes très difficiles qui se posaient à la France. Je n’ai pris aucune carte mais au fond de moi-même, je suis devenu gaulliste, dans les dernières années de la guerre d’Algérie. Et je faisais partie de ceux que l’on considérait comme gaullistes, loyalistes. Jean-Pierre Chevènement.

Les Gaullistes de gauche n’ont jamais été qu’un petit affluent dans la marée gaulliste. Jean-Pierre Chevènement.

Aucun pouvoir ne se passe de verticalité… Le général De Gaulle est venu au pouvoir - si je puis dire - en 1940, il n’y avait plus rien… Le premier réflexe que j’ai à l’égard du général De Gaulle est un réflexe de reconnaissance, de profonde reconnaissance, car dans notre histoire, il n’y a pas d’équivalent sauf peut-être Jeanne d’Arc… Les deux discours du 18 juin et du 22 juin 1940, méritent de figurer dans une anthologie de la mémoire nationale française… Jean-Pierre Chevènement.

De Gaulle (incarne) une ample vision mondiale, humaine, républicaine… De Gaulle se situe toujours du point de vue du bien commun. Il reste du général De Gaulle, cela qui est l’essentiel : le service de la France. Jean-Pierre Chevènement.

Ce qui caractérise le plus le général De Gaulle : sa constance, philosophique, la cohérence de son parcours et sa fidélité à un certain nombre de penseurs qui ont véritablement fondé sa vision de la France. Les auteurs qu’il lit dans la jeunesse : Maurice Barrès, Charles Péguy. Frédérique Néau-Dufour.

C’est un personnage qui habite sa statue et ce qu’il donne à voir au public c’est une statue : lui en tant qu’incarnant la France. Il était très compliqué de savoir qu’elle était la couleur de ses sentiments, de son humeur, de son tempérament. Frédérique Néau-Dufour.

Sans De Gaulle, la France abimée, précipitée au fond de l'abîme, ne se serait jamais relevée.

 

 

 


France culture propose une pièce de théâtre radiophonique tirée d'un texte de Malraux sur De Gaulle :

"Les chênes qu'on abat" de André Malraux le 28/04/2019

La Fiction est suivie d’une rencontre animée par Guillaume Erner et Emmanuel Laurentin "L'art d'hériter en politique"

Adaptation de Guillaume Erner
Avec Robin Renucci (André Malraux) et Gérard Desarthe (Charles De Gaulle)
Réalisation de Baptiste Guiton
Conseillère littéraire Emmanuelle Chevrière

Bibliographie

Les chênes qu'on abat

Les chênes qu'on abat

André Malraux

Gallimard, 1971

 

Prolonger :

Le grand méchant remplacement

1 février 2017 Par Laurence De Cock Et Mathilde Larrère

Les idéologies nauséabondes nées à l’extrême droite se diffusent et se banalisent de plus en plus, surtout depuis les activités numériques et frénétiques de la « fachosphère ». Le « grand remplacement » est l’une d’elles. Les détricoteuses proposent leur contre-poison.

Chevènement et l'islam: plus qu'un malentendu

30 août 2016 Par Joseph Confavreux

Entre ses propos sur la « nationalité disparue » à Saint-Denis et ceux appelant les musulmans à la « discrétion », le choix de Jean-Pierre Chevènement pour prendre la tête de la Fondation pour l’islam de France s’avère de plus en plus inquiétant. Et sa trajectoire politique et idéologique antérieure n’a rien pour rassurer.

Aux sources de la nouvelle pensée unique : enquête sur les néorépublicains

27 oct. 2015 Par Joseph Confavreux et Marine Turchi

Une vague de fond idéologique, formée à bas bruit au début des années 1990, s'est abattue sur la France, occasionnant une spectaculaire droitisation de l'ensemble du spectre politique. Quelle est la genèse de ce « néorépublicanisme » devenu hégémonique ? Une enquête effectuée par la Revue du Crieur, dont le deuxième numéro est en librairie et en Relay depuis le 22 octobre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.