Qu'est-ce qu'un " grand homme " ?

Pour Voltaire : " Vous savez que chez moi les grands hommes vont les premiers, et les héros les derniers. J’appelle grands hommes tous ceux qui ont excellé dans l’utile ou dans l’agréable. Les saccageurs de provinces ne sont que héros. " - Correspondances Á M. THIERIOT 15 juillet (491) Tome 33

https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Voltaire_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Garnier_tome33.djvu/524

" Quand je vous ai demandé des anecdotes sur le siècle de Louis XIV, c’est moins sur sa personne que sur les arts qui ont fleuri de son temps. J’aimerais mieux des détails sur Racine et Despréaux, sur Quinault, Lulli, Molière, Lebrun, Bossuet, Poussin, Descartes, etc., que sur la bataille de Steinkerque. Il ne reste plus rien que le nom de ceux qui ont conduit des bataillons et des escadrons ; il ne revient rien au genre humain de cent batailles données ; mais les grands hommes dont je vous parle ont préparé des plaisirs purs et durables aux hommes qui ne sont point encore nés. Une écluse du canal qui joint les deux mers, un tableau du Poussin, une belle tragédie, une vérité découverte, sont des choses mille fois plus précieuses que toutes les annales de cour, que toutes les relations de campagne. Vous savez que chez moi les grands hommes vont les premiers, et les héros les derniers. J’appelle grands hommes tous ceux qui ont excellé dans l’utile ou dans l’agréable. Les saccageurs de provinces ne sont que héros. "

 

Prolonger :

Les statues meurent-elles aussi ?

 

Mise à jour :

France culture :

Aux armes América !

Par le détour de l'histoire de Chris Kyle, le plus puissant sniper américain, les bédéistes Nury et Brüno proposent un portrait critique de l'Amérique contemporaine. Officier d’élite des seals d’Irak, la “légende” fut également portée au cinéma par la caméra de Clint Eastwood. Lecture croisée.

Vie, mort, mensonges et légende de Chris Kyle : Nury et Brüno font leur cinéma, sans raccourci hollywoodien

À Hollywood, on aime bien les images d’évangile, des héros vaillants, immaculés, refoulant tous les défauts. Y compris quand, ces dernières années, dans des films même remarquables, Clint Eastwood s’est emparé de sujets. En particulier, sur le cas de Chris Kyle, l’American Sniper, l’Inspecteur Harry a fait la bavure de ne pas approfondir les failles de ce héros de guerre controversé. Sachant faire la part des choses, en auscultant son meurtre, Fabien Nury et Brüno, avec leur délicatesse brute habituelle, rétablissent la vérité. Celle qui siffle comme les balles sur un champ de bataille.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.