Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Lien 25 juin 2019

Nicole Belloubet suicide les lanceurs d'alerte et torpille l'information

L'alerte doit être signalée en premier lieu, au supérieur hiérarchique ou à un référent désigné par lui. Si aucune suite n'est donnée par celui-ci dans un délai raisonnable, l'alerte peut être signalée auprès de l'autorité judiciaire ou administrative ou aux ordres professionnels. Enfin, en dernier recours, si l'information ne reçoit toujours pas de traitement, l’alerte peut être rendue publique.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.textes.justice.gouv.fr/zoom-11470/creation-dun-statut-general-pour-les-lanceurs-dalerte-31259.html

La loi du 9 décembre 2016 fixe un cadre pour les lanceurs d'alerte. Interview de Noémie Davody, magistrate, adjointe au chef du bureau du droit économique, financier et social, de l'environnement et de la santé publique à la Direction des Affaires Criminelles et des Grâces du ministère de la Justice.

La loi définit le lanceur d'alerte comme toute personne physique qui révèle ou signale, de manière désintéressée et de bonne foi, un fait dont il a eu personnellement connaissance et qui constitue notamment un crime ou un délit, une menace ou un préjudice grave pour l'intérêt général ou une violation grave et manifeste d'un engagement international.

Cette définition exclut les personnes qui n’agissent pas dans l’intérêt général mais pour leur propre compte ou qui cherchent à nuire.

Elle exclut également les personnes morales comme les ONG et les associations qui ne peuvent donc pas bénéficier de la protection accordée aux lanceurs d’alerte.

La loi instaure une procédure de signalement d’alerte en plusieurs étapes.

L'alerte doit être signalée en premier lieu, au supérieur hiérarchique ou à un référent désigné par lui. Si aucune suite n'est donnée par celui-ci dans un délai raisonnable, l'alerte peut être signalée auprès de l'autorité judiciaire ou administrative ou aux ordres professionnels. Enfin, en dernier recours, si l'information ne reçoit toujours pas de traitement, l’alerte peut être rendue publique.

A titre exceptionnel, en cas de danger grave et imminent ou en présence d’un risque de dommages irréversibles, l’alerte peut être portée directement à la connaissance des autorités précitées et être rendue publique.

Le lanceur d’alerte peut également saisir le Défenseur des droits afin d'être orienté vers l'organisme approprié de recueil de l’alerte. Le Défenseur des droits n'a donc pas vocation à traiter l'alerte mais à orienter le lanceur d'alerte.  

observation : Le non respect de cette procédure conditionne et soulève la question importante de la reconnaissance judiciaire du lanceur d'alerte et du bénéfice des protections prévues par le statut légal.  Il est douteux qu'un salarié témoin d'illégalité dans une entreprise aille en référer à son supérieur hiérarchique sans risque pour lui-même. Ce qui institutionnalise l'omerta d'autant plus efficacement que, s'il ne le fait pas, il ne respecte pas la procédure et ne bénéficie donc pas du statut de lanceur d'alerte ni de ses protections.

La loi du 9 décembre 2016 crée en faveur du lanceur d’alerte un fait justificatif du délit de violation du secret professionnel. C'est le nouvel article 122-9 du code pénal qui dispose que "n'est pas pénalement responsable la personne qui porte atteinte à un secret protégé par la loi, dès lors que cette divulgation est nécessaire et proportionnée à la sauvegarde des intérêts en cause, qu'elle intervient dans le respect des procédures de signalement définies par la loi et que la personne répond aux critères de définition du lanceur d'alerte prévus par la loi". Cet article fixe un cadre précis.

Par ailleurs, le lanceur d'alerte bénéficie d'une protection contre les représailles professionnelles. Par exemple, le lanceur d'alerte qui aurait été licencié suite au signalement d'une alerte peut saisir le conseil de prud'hommes en référé.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon