Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Lien 26 janv. 2022

L'indifférence et le mépris tuent aussi les " visibles "

Les médias se scandalisent qu'une personnalité de la culture est morte dans la rue et l'indifférence. C'est un SDF - un invisible - qui a signalé le corps. Comment est-ce possible que les germanopratins ne se préoccupent même pas d'eux entre eux ? Où vont-ils s'il n'y a plus seulement que les personnes modestes qui meurent dans le mépris et l'indifférence du mol embourgeoisement ?

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://soirmag.lesoir.be/420164/article/2022-01-25/france-le-photographe-rene-robert-meurt-dans-lindifference-des-passants

Il n'y a pas qu'à Calais ou à Grande Synthe que l'humanité est méprisée et que le discours néolibéral fait des victimes, voir le justifie, le banalise.

Les faits se sont déroulés mardi 18 janvier aux alentours de 21 heures. Le photographe René Robert, un homme âgé de 84 ans et connu internationalement pour ses photos de danseurs et danseuses de flamenco, est sorti de chez lui quand pour une raison inconnue, il a chuté sur le trottoir. Puis l’accident s’est transformé en drame, car personne ne lui est venu en aide, rapporte La Voix Du Nord.

D’après le journaliste Michel Mompontet, c’est un SDF qui a fini par appeler les secours. Mais neuf longues heures s’étaient passées, il était trop tard. Le photographe est décédé en hypothermie. « Durant 9h aucun passant ne s’est arrêté pour voir pourquoi ce monsieur gisait sur le trottoir. Personne », a témoigné Michel Mompontet sur Twitter et sur Franceinfo.

« Si cette mort atroce peut servir à quelque chose ce serait ceci. Quand un humain est couché sur le trottoir, aussi pressé que nous soyons, vérifions son état. Arrêtons-nous un instant », alerte-t-il.

Les Pompiers de Paris ont confirmé à Actu.Paris un appel à 5h30, pour un homme « allongé au sol, avec un traumatisme crânien et du sang ».

Le photographe s’était fait connaître du grand public en 1993, avec l’un de ses livres «Flamencos, La rage ou la grâce», comportant 250 de ses photographies, accompagnées d’un texte d’Anne Marie Virelezier, retrace la Voix du Nord. « Nous étions admiratifs de son talent tout autant que de ses qualités humaines. René, c’était la gentillesse et la discrétion incarnées. C’était un ami fidèle et sincère », écrit Isabelle Jacq Gamboena.

De son côté, le journaliste Michel Mompontet aimerait retrouver le SDF qui est le seul à avoir su «préserver l’humanité».

Définition :

Germanopratin - Wikipédia

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn