Flicosphère et avant-goût du paradigme de la " sécurité globale "

Ni une cité, ni une banlieue, c'est dans le 17° arrondissement de Paris. Coups et blessures, insultes racistes, usage disproportionné de la force publique - détournement de la force publique ? - abus d'autorité, traitement inhumain et dégradant, ...Un aperçu du paradigme sécuritaire d'Emmanuel Macron, avec François Bayrou, Eric Ciotti, Marine Le Pen, Eric Zemmour, Vincent Bolloré, ...

https://loopsider.com/fr/video/lagression-de-michel-lintegralite-des-images

Voilà un exemple d'images que pourrait empêcher la diffusion l'article 24 de la proposition de loi " sécurité globale "  promue et présentée en procédure accélérée - comme la gravité des dérapages en matière de violences ? - par un honorable représentant de la flicosphère.

L'accumulation des faits et leur gravité soulèvent directement la responsabilité des membres de l'exécutif et du législatif (MàJ. : Les députés ayant voté pour le projet de "sécurité globale"), comme celle de ceux dans les médias, qui promeuvent un projet qui favorise et justifie les comportements condamnables.

La mansuétude étonnante pour l'abdication démocratique en France pose la question d'un particularisme politique autoritaire incompatible avec les droits fondamentaux et leur principe matriciel, le respect de la dignité humaine.

Arrêtez le massacre

Voir ég. :

Un homme grièvement blessé par un policier hors service

La voix est un peu confuse, embrouillée par les antidouleurs, entrecoupée par les bruits de fond de l’hôpital. Elle est interrogative aussi. « Ma jambe est… », Jean-Marie S. hésite sur les mots. « Comme coupée en deux, vous voyez ? ».

Le Monde : Le conseil des droits de l’homme de l’ONU s’inquiète du contenu de la proposition de loi « pour une sécurité globale »

Dans un rapport rédigé le 12 novembre, trois experts internationaux pointent notamment du doigt la mesure la plus controversée, qui vise à limiter la diffusion d’images des forces de l’ordre.

Libération : Des rapporteurs des Nations unies alertent contre la loi pour la «sécurité globale»

Alors que le texte est présenté en séance plénière à l’Assemblée nationale ce mardi 17 novembre, des représentants de l'ONU déplorent, dans une prise de position hautement symbolique, de potentielles atteintes aux droits de l'homme et aux libertés fondamentales.

Code européen d'éthique de la police

La Cour européenne des droits de l'Homme juge que le code européen d'éthique s'impose aux Etats membres du Conseil de l'Europe (CEDH GC Aff. Bouyid). L'Assemblée plénière de la Cour de cassation juge que la jurisprudence de la CEDH s'impose immédiatement au juge national sans même attendre que la loi…

 

La gestion violente de l'ordre public ne fait-elle pas finalement de la France plus un pays à fuir qu'un pays à éviter ?

Les Français aussi sont des migrants qui quittent leur pays  au point d'annuler ou d'inverser le solde migratoire.

 

Contexte :

Dépôt du tribunal de Paris: l’IGPN avait couvert la hiérarchie policière 20 août 2020 Par Pascale Pascariello

Des policiers racistes se sont livrés à des actes de maltraitance pendant plus de deux ans dans les geôles du tribunal de grande instance de Paris, ainsi que l’a révélé StreetPress, sans que leurs supérieurs, pourtant alertés, n’y mettent fin. Mediapart a pu avoir accès à l’enquête administrative rendue en janvier, dans laquelle l’IGPN s’efforce de minimiser les faits, pourtant accablants, et épargne la hiérarchie policière.

Torture au tribunal de Paris, la hiérarchie policière méprise ses obligations légales

Mais de qui se moque la police ? Monsieur BENMOHAMED révèle à sa hiérarchie des actes de torture qui durent depuis des mois au sein du palais de justice et rien ne se passe jusqu'à ce qu'il doive, en dernier recours, témoigner à visage découvert dans la presse. Et les obligations du code de procédure…

Journée mondiale des réfugiés : “ En France, tout est fait pour dissuader la demande d’asile ”

Depuis 2001 et à l’initiative de l’ONU, chaque 20 juin marque la Journée mondiale des réfugiés. A cette occasion, nous avons souhaité interroger Florent Gueguen, directeur de la Fédération des acteurs de la solidarité. Pour lui et d’autres associations, la situation des demandeurs d’asile, en France, “est extrêmement critique”. Et ce, “faute de moyens affectés à l’accueil par l’Etat”.

Environ 3000 migrants évacués d’un important campement à Saint-Denis

« Même à (la “jungle”) de Calais, j’ai jamais vu ça : c’était rien que du gazage et de la violence », a dénoncé Yann Manzi, co-fondateur de cette association, qui a déploré une « désorganisation » et un dispositif « mal dimensionné » qui contraignent ces migrants à « errer » dans les rues mardi soir.

La majorité LREM-Modem sous influence des commissaires de police

Les prétoriens (dé)faisaient les empereurs. L'influence politique des commissaires s'affirme dans la " loi de sécurité globale ". Elle interroge aussi sur la proximité de certains journalistes avec la police et ses conséquences législatives actuelles en considération d'une mansuétude médiatique pour…

 

Prolonger :

L'OBS : Trois policiers suspendus après des insultes racistes et le tabassage d’un producteur de musique

Hufftington post : Violences policières : les images édifiantes du tabassage d'un producteur de musique

Libération : Violences policières dans le XVIIe : la Défenseuse des droits ouvre une enquête

 

 

 

Mises à jour :

L’honneur perdu d’un ministre  Par François Bonnet

Depuis son arrivée Place Beauvau, Gérald Darmanin n’a cessé de flatter les franges les plus extrémistes de la police. Le résultat est un désordre général sur fond de violences policières accrues. Il est grand temps de limoger ce ministre de l’intérieur incendiaire.

République : le rapport vite fait mal fait de l’IGPN  Par Camille Polloni

Dans son rapport de synthèse sur la soirée de lundi, rendu public sur décision de Gérald Darmanin, la « police des polices » n’évoque que trois scènes. Et concède d’éventuels manquements dont deux sont déjà aux mains de la justice.

Maintien de l’ordre et politiques du désordre  Par Joseph Confavreux

Alors que les méthodes du préfet Lallement et le nouveau schéma national du maintien de l’ordre sont contestés, un livre limpide explique les raisons d’une trajectoire de brutalisation qui singularise la France par rapport à ses voisins européens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.