Rapport sur le RWANDA

La publication du rapport d'enquête et ses nombreux commentaires dans la presse soulèvent la question de la complicité à des crimes imprescriptibles. La notoriété publique de ces informations interroge sur la décision du ministère public à ouvrir une enquête. Il a l'autorité de qualifier les faits, ce que n'a pas Vincent Duclert, historien.

https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/279186.pdf

Les notes et les annexes du rapport (PDF 232 pages) :

https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapports/fichiers_joints/279186-notes.pdf

Prolonger :

Génocide des Tutsi : le rapport de la commission des historiens sur le Rwanda, avec Vincent Duclert. 

Le groupe de chercheurs sur le génocide des Tutsi au Rwanda, réuni par Emmanuel Macron pour étudier le rôle de la France, a remis son rapport au président ce vendredi 26 mars. 

Ce rapport montre que:

  • Les diplomates français n'ont pas respecté ni appliqué la convention pour la prévention et la répression des crimes de génocides intégré au traité de 1950
  • Il signale que Hubert Védrine à fait obstacle à l'information de François Mitterrand en ne lui transmettant pas les notes et rapport de Louis Joxe sur la situation au Rwanda
  • Il faut lancer des instructions judiciaires en France dès qu'il y a une suspicion de génocide dans le monde pour collecter, rassembler et accumuler les données permettant de qualifier ou non l'infraction et établir sa commission  (par ex. à propos des Oïghours, des Royinghas, - écouter à p. de 39'00" environ)

La France et le génocide des Tutsis : des «responsabilités lourdes et accablantes»

26 mars 2021 Par Fabrice Arfi

« Des responsabilités accablantes » mais pas de « complicité » au sens juridique : telle est la conclusion du rapport de la commission présidée par l’historien Vincent Duclert sur le rôle de la France face au génocide des Tutsis du Rwanda. Quelles suites politiques Emmanuel Macron donnera-t-il à ce constat ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.