Un syndicat de cadres reconnaît que c'est le gros bordel dans la police

Pour Christophe Rouget, secrétaire général du syndicat des cadres de la sécurité intérieure, ces images "attisent la haine anti-flics". Il y a "un problème d'organisation de la police nationale qui est gangrenée par un conservatisme profond", selon lui. Alors pourquoi laisser passer des réformes qui accroissent le conservatisme, voire la réaction, sans les dénoncer ?

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/producteur-passe-a-tabac-par-des-policiers/producteur-passe-a-tabac-par-des-policiers-ces-images-font-mal-certains-policiers-ont-sali-notre-institution-notre-image-reagit-le-syndicat-scsi_4198339.html

Manque d'effectifs, multiplication des missions, absence de temps pour faire les formations, ...

Une déficience de l'encadrement dans la gestion des personnels qu'avait déjà souligné le rapport d'enquête du Sénat, étrangement oublié dans les débats en cours à propos d'une " sécurité globale ". Une loi cache misère de l'abdication démocratique ?

Jérôme Hourdeaux restitue l'histoire de la confusion politique à faire prévaloir la sécurité des biens sur la sécurité des personnes, c'est-à-dire la protection des patrimoines sur l'exercice efficace des libertés publiques, c'est-à-dire l'illusion néfaste que la fortune des droits sur les personnes qui n'en ont pas ou moins. Comment la gauche s’est perdue dans le consensus sécuritaire

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.