Discrimination syndicale à la SNCF - LREM rétrograde et réactionnaire

La SNCF distribue jusqu'à 1500 euros de primes aux cheminots non grévistes. La direction de la SNCF en discriminant ses salariés selon qu'ils exercent ou non un droit de grève montre son mépris pour les droits fondamentaux, sachant que l'action syndicale est garantie par la CEDH. Encore un exemple du "nouveau monde" ringard et réactionnaire.

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/greve-a-la-sncf/greve-a-la-sncf-des-cheminots-non-grevistes-ont-recu-une-prime-de-la-part-de-la-direction_3805901.html

Prolonger :

La SNCF distribue jusqu'à 1500 euros de primes pour récompenser les non grévistes

La SNCF "assume" et juge la polémique "tout à fait déplacée."

 

L'action syndicale est un droit de l'Homme civil et politique

La Cour européenne des droits de l'Homme vient de condamner la France pour son entrave au droit d'association et, par ricochet, consacre le droit syndical dans l'armée. Au-delà de l'institution militaire, cette décision affirme l'action syndicale comme un droit fondamental civil et politique, à la lumière…

 

De l'obligation des partis politiques d'agir pour défendre les droits sociaux

L'article 2 de la déclaration des droits de l'Homme et du citoyen pose l'obligation aux partis politiques de défendre les droits imprescriptibles : " Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. " (Légifrance)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.