Banalisation de l'animalité des rapports sociaux en France

Médiapart publie des brèves de l'AFP qui réduisent l'humain à l'état de gibier - de potence ? - en intitulant trois brèves de suite " France: chasse à l’homme en Dordogne pour retrouver un ex-militaire armé " et encore " France: chasse à l’homme en Dordogne pour retrouver un ex-militaire armé " en remettant les commentaires à zéro

https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/300521/france-chasse-l-homme-en-dordogne-pour-retrouver-un-ex-militaire-arme-0

L'expression " chasse à l'homme " ainsi employée en France au 21° siècle donne une idée de la dégradation de la condition humaine dans ce pays.

Ce soldat appartenait au 126° régiment d'infanterie de Brive. Ce régiment a participé aux opérations de guerre en Afghanistan, en Centrafrique et au Mali.

La question de fond que semble poser cette actualité est que fait le gouvernement pour la prise en charge des symptômes post-traumatiques au retour des militaires qu'il envoie à la guerre ?

Ce n'est pas du tout mis en avant. Ce qui fait encore plus contraster le mépris pour la personne dont l'actualité met en avant l'aspect " chasse à l'homme "

D'autre part, cette affaire signale aussi l'absence de moyens que le pouvoir place dans la protection des femmes et des enfants face à la violence familiale. Le traitement de l'information méprise pareillement les victimes.

La personne recherchée porte un bracelet électronique.

A croire qu'il ne marchait pas. Ou, par économie budgétaire, il n'y a personne pour suivre les informations qu'envoient les bracelets et lancer l'alerte.

Un bracelet, puis hop, personne derrière ? C'est la start up judiciaire. Des gadgets liberticides au motif de la sécurité, mais que du vent, puisqu'il n'y a aucune sécurité et qu'on retombe à l'époque de la " chasse à l'homme ".

La cynégétique l'emporterait-elle sur la justice et le Droit chez les journalistes ? A rapprocher du grand confusionnisme de la manifestation policière devant l'Assemblée nationale où le ministre de l'intérieur et de nombreux élus sont venus soutenir des revendications appelant à la suppression de la constitution.

Cela promet pour les prochaines élections.

Prolonger :

Elections 2022 : état social dégradé en France, inégalités et injustices ont augmenté

Manifestation policière devant l'Assemblée : des politiques soumis à la flicosphère ?

Les trois brèves sur Médiapart à propos de la chasse à l'homme en Dordogne :

France: un homme recherché après avoir tiré sur les gendarmes

30 mai 2021 Par Agence France-Presse

Un homme armé était recherché dimanche matin en Dordogne, dans le sud-ouest de la France, après avoir tiré sur les gendarmes appelés pour un différend familial, a annoncé le préfet de Dordogne Frédéric Périssat.

2) La même information avec mise en abyme et accentuant la tension dramatique par l'assimilation de la personne recherchée à du gibier, provoquant 8 commentaires :

https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/300521/france-chasse-l-homme-en-dordogne-pour-retrouver-un-ex-militaire-arme

France: chasse à l’homme en Dordogne pour retrouver un ex-militaire armé

30 mai 2021 Par Agence France-Presse

Une chasse à l’homme était engagée dimanche matin en Dordogne, dans le sud-ouest de la France, pour retrouver un ancien militaire lourdement armé, recherché après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales.

3) Et une fois encore une brève avec le même titre en effaçant les 8 commentaires précédents

https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/300521/france-chasse-l-homme-en-dordogne-pour-retrouver-un-ex-militaire-arme

France: chasse à l’homme en Dordogne pour retrouver un ex-militaire armé

30 mai 2021 Par Agence France-Presse

Une chasse à l’homme était engagée dimanche en Dordogne, dans le sud-ouest de la France, pour retrouver un ancien militaire lourdement armé, recherché après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.