Déconsommation : mode ou nécessité ?

L'ère est à la déconsommation. Consommer moins, mieux et autrement. Depuis quelques années, cette tendance se confirme. Nous achetons moins de viande, de produits d'hygiène, de vêtements. Chaque déconsommateur a ses raisons, économiques, environnementales ou simplement pour se sentir mieux.

https://www.franceculture.fr/emissions/grand-reportage/deconsommation-mode-ou-necessite

Nous achetons moins de viande, moins de plats préparés, moins de vêtements. La déconsommation n'est pas une vue de l'esprit, mais une tendance qui infuse doucement dans la société. 

La preuve par les chiffres : le bureau d'études IRI a établi, pour le premier semestre de l'année 2018, "une baisse des volumes d'un niveau jamais atteint en 5 ans". Et le plus flagrant concerne l'alimentation et les produits d'hygiène, les ventes ont baissé de 1,2% selon la société d'études. 

La fièvre acheteuse des Trente Glorieuses ne s'empare plus des consommateurs. Les supermarchés voient leur nombre de clients diminuer lentement. Mais si le consommateur achète moins et différemment, ses motivations sont diverses. 

Consommer moins, pour boucler ses fins de mois

L'une des premières raisons lorsque le consommateur se lance dans un processus de déconsommation reste d'ordre économique. Comment vivre correctement, sans frustration et manque, tout en gardant son compte bancaire dans le vert à la fin du mois ? Herveline Verbeken s'est posée cette question avec son mari, quand ils se sont lancés dans un projet immobilier. Cette Normande de 38 ans, assistante de direction, a d'abord décidé de décortiquer ses relevés bancaires des derniers mois. 

Nous n'avions pas de problème d'argent, mais nous avions tout de même l'impression d'être pris à la gorge et de ne pas épargner. Nous achetions des montres, des bijoux, du maquillage, sans compter, sans faire les comptes, comme beaucoup de gens, je pense. Quand je me suis penchée sur mes dépenses, là, ça nous a fait mal, car nous nous sommes rendus compte que nous avions une grosse case "indéterminée", on ne savait pas où était parti l'argent.

A coup de tableaux, de colonnes recettes et dépenses, Herveline a établi un budget, sur le mois, mais aussi sur plusieurs années pour parer à toutes dépenses. 

Avec une amie, Marie Lefèvre, elles ont toutes les deux créé un groupe Facebook : "Gestion budgétaire, entraide et minimalisme". Plus de 130 000 personnes y adhèrent aujourd'hui, pour "aider les personnes à s'en sortir mieux financièrement avec des astuces écologiques et éthiques". On  y partage des recettes de lessive au lierre, des conseils pour réduire sa facture EDF, des idées de cadeaux de Noël faits maison, des exemples de tableaux pour apprendre à gérer son budget. Une entraide pour parvenir à consommer moins, mieux, autrement. 

Pour aller plus loin que cette simple entraide virtuelle, un peu partout en France, s’est développé depuis quelques années le concept de Repair Café. Dans la métropole lilloise, il en existe une vingtaine. En plein centre de Lille, le Repair Café a lieu tous les troisièmes mardis du mois, à la Maison régionale de l'environnement et des solidarités. Des bénévoles, souvent des retraités, aident et apprennent aux gens à réparer leurs objets cassés. C'est Christophe qui a monté ce Repair Café, "en voyant un reportage sur le premier café de ce genre à Amsterdam en 2009". 

Tous les milieux sociaux se retrouvent au Repair café, des jeunes et des moins jeunes, le café fait le plein à chaque rencontre. "Ils en ont marre de jeter, marre de racheter, mais certains veulent aussi réparer de vieux objets qui ont une valeur sentimentale à leurs yeux", détaille Christophe.

Pour nous, le principe du Repair Café, c'est qu'il doit être le plus local possible, proche des gens, pour participer à la transition écologique mais cela créé aussi du lien entre les gens - Christophe 

Consommer moins, pour protéger la planète

Au-delà des questions économiques, décider de réduire sa consommation s’inscrit aussi dans une démarche écologique, pour ceux qui se considèrent comme des consom’acteurs. C'est le cas de Fabien, trentenaire, chargé de communication dans un grand groupe. Sensibles aux questions environnementales, lui et sa femme ont peu à peu modifié et réduit leur consommation, "pour faire un geste, à notre échelle". Il a trouvé des solutions près de chez lui, dans la métropole lilloise. Il réduit ses emballages, achète ses légumes, fruits, produits laitiers et viande au Courtcircuit.fr, un "drive fermier", avec des producteurs des Hauts-de-France.

Chaque mois, Fabien se rend aussi à Roubaix, une ville considérée comme la pionnière du "zéro déchet" en France, dans une épicerie vrac où il remplit ses bocaux de pâtes, de riz, de chocolat ou de thé en ne prenant que la quantité dont il a besoin pour éviter tout gaspillage.

La gérante de la boutique "Un grain dans le bocal", la première épicerie de ce genre à Roubaix, s'est installé il y a un an. "J'étais responsable de communication dans la grande distribution, explique Coline Huc, j'avais envie de changer et j'ai regardé un reportage sur le zéro déchet à Roubaix. J'ai essayé de le faire chez moi, je me suis dit qu'il y avait quelque chose à faire et je me suis lancée". L'avantage du vrac est que le consommateur achète uniquement la quantité dont il a besoin et évite le gaspillage alimentaire.

Consommer moins, pour se sentir mieux

Je consomme, donc je suis ? Ce mantra est balayé d'un revers de main par Camille et Delphine. Déconsommer devient une mode, un nouvel art de vivre. 

Camille habite Clamart, au sud de Paris. Dans sa maison, chaque objet est éthique, sain, fait en matériaux non polluant et naturels, les jouets de son fils, les meubles, les matelas, les vêtements. La blogueuse s'est lancé un défi l'année dernière, un défi "zéro conso". 

Je me suis mise à consommer plus quand j'ai compris comment bien consommer. Quand j'allais dans des vide-greniers, je remplissais la maison de choses saines, cools, pas polluantes, mais je n'en avais quand même pas besoin. J'ai donc compris qu'il fallait que j'arrête de me donner des besoins là où je n'en avais pas. Et aujourd'hui, je n'ai pas de frustration. Par exemple, quand je vois sur Instagram un super beau tapis, alors que j'en ai acheté un il y a trois ans, l'envie passe. Mais ce sont des étapes, car il y a quelques années, je l'aurais acheté !

Parfois, le processus de déconsommation est poussé jusqu’à l’extrême, jusqu’à ne plus posséder que le minimum. Delphine se définit comme appartenant au mouvement des minimalistes. Cette quadragénaire vit dans un appartement épuré, près de Genève, avec son fils de 6 ans. Le minimalisme n'a pourtant pas toujours été son mode de vie.

Delphine a travaillé pendant 10 ans dans le secteur de la banque à Genève. 

J'étais une shopping addict, je ne vivais que par ça. J'étais une sur-consommatrice. J'étais dépendante à cette petite adrénaline que je ressentais quand j'insérais ma carte bancaire, j'étais dépendante à ce petit plaisir là.

Un jour, elle a eu un déclic, lors d'un séjour à Londres où elle se réjouissait de refaire sa garde robe. Elle s'est rendue compte que rien ne lui faisait envie. Puis, son médecin l'a arrêtée pour burn-out. "J'ai passé 15 jours à ne rien faire d'autre que ranger chez moi, et lire des choses sur le minimalisme". Un mouvement dans lequel elle se retrouve et depuis, elle s'est débarrassée de beaucoup de choses chez elle, des vêtements, des livres, des produits de beauté, et même des souvenirs, des photos, des lettres d'amour. 

Grand Reportage de Lise Verbeke

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.