Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Lien 30 nov. 2021

MNCP : Mouvement national des chômeurs et précaires

Le MNCP est l’héritier du syndicat des chômeurs créé par Maurice Pagat en 1981, jugeant « urgent et indispensable d’inviter les chômeurs à refuser la solitude, à résister, à se défendre, à s’organiser et à prendre enfin la parole ». Le chômage de masse* impose aux chômeurs et précaires de s'unir et ouvrir des lieux de solidarité et se donner les moyens d'être visibles et entendus.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.mncp.fr/

* Le chômage de masse est un choix politique comme l'expliquent Benoît Collombat, Damien Cuvillier dans leur ouvrage " Le choix du chômage - De Pompidou à Macron, enquête sur les racines de la violence économique " (Préface de Ken Loach) :

Un livre d’une brûlante actualité sur le choix des dirigeants européens, depuis le début des années 1980 jusqu’à aujourd’hui, de sacrifier l’emploi… et les effets dévastateurs de ce choix.

C’est une enquête fouillée, documentée, riche des témoignages d’anciens ministres, de conseillers de présidents de la République, d’anciens directeurs du Trésor ou du FMI, de banquiers, d’économistes, de juristes, de sociologues et de philosophes…

Benoît Collombat, journaliste à France Inter, a enquêté sur ce qui a fait basculer les choses : comment et pourquoi les hommes politiques ont « remis les clés » de l’organisation du monde à l’économie et à la finance. Ce basculement repose sur la victoire idéologique, à un moment donné, d’une pensée : le néolibéralisme, pour qui le rôle de l’État est avant tout de servir le marché.

Quelles personnalités sont à l’origine de ces grands choix économiques ? Quel rôle a joué la construction européenne ? Aujourd’hui, l’épidémie du coronavirus montre bien l’urgence de s’interroger sur ces choix politiques et économiques. (Editions Futuropolis 2021 - 288 pages - ISBN : 9782754825450)

Prolonger :

Arrêt sur images 26 novembre 2021 :

" Quand un pouvoir politique n'arrive pas à lutter contre le chômage, il lutte contre les chômeurs "

Tout va pour le mieux dans l’emploi selon le gouvernement. Emmanuel Macron affirme que le chômage est "à son plus bas niveau depuis quinze ans" , que les offres d’emploi n’ont jamais été aussi nombreuses et que la réforme de l’assurance chômage va remettre les gens au travail.

L'économie en politique, ce sont des chiffres auxquels on peut faire dire beaucoup, tout et son contraire, quand il s'agit du chômage, une préoccupation majeure dans les études d’opinion.

Pour décrypter tout cela, trois invités cette semaine : Pierre-Edouard Magnan, président du Mouvement national des chômeurs et précaires, Claire Vivès, sociologue au Centre d’études de l’emploi et du travail et Franck Morel, avocat en droit du travail, expert à l’Institut Montaigne, ancien conseiller social d’Édouard Philippe et un des architectes de la réforme d’assurance chômage.

" 300 000 CDI à temps plein [...] tendraient les bras aux chômeurs "

"Quand on dit ça, on renvoie au grand public l'idée qu'il y aurait 300 000 emplois à temps plein, en CDI qui tendraient les bras aux chômeurs, et qu'ils n'auraient qu'à traverser la rue pour aller les chercher, s'indigne Pierre-Emmanuel Magnan du Mouvement national des chômeurs et précaires. On se moque du monde. Quand bien même il y a aurait 300 000 CDI décemment rémunérés disponibles, je rappelle qu'on taquine les cinq millions d'inscrits à Pôle emploi. On serait loin de régler le problème. On tend à dire que la responsabilité du chômage incombe au chômeur, ce qui est scandaleux et parfaitement faux".

LES CHÔMEURS, CES FAINÉANTS : UN PONCIF À LA VIE DURE

" Je veux faire la différence entre celui qui travaille et celui qui pense qu'on peut s'en sortir sans travailler " a prétendu Xavier Bertrand lors du conseil national des Républicains, le 20 novembre 2021. Franck Morel - son directeur de cabinet adjoint au ministère du Travail et qui le soutient dans cette campagne pour la présidentielle - prétend que " Il ne jette l'opprobre sur personne, il formule un constat (...) Est-ce qu'on peut se dire autour de cette table que personne n'arnaque le système ? ".

" Avoir du travail, c'est bien, mais il faut pouvoir en vivre "

Pierre-Edouard Magnan réplique que ce qui devrait inquiéter, c'est l'augmentation des travailleurs pauvres : " Moi, que les gens aient du boulot mais qu'on ait des explosions de distribution dans les banques alimentaires, que les gens aient du mal à se loger, que des travailleurs dorment dans leur voiture, c'est ça aussi le problème. Avoir du travail c'est bien, mais il faut pouvoir en vivre "

Pour aller plus loin :

"Les nouvelles de l'assurance chômage", Ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion"
- "Le contrôle des chômeurs fait-il une politique de l'emploi ?", Le temps du débat, France Culture, le 17 novembre 2021

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica