L'extrême-droite s'oppose au soutien financier européen contre le COVID-19

L'extrême-droite, majoritaire en Flandres, s'est opposée à ce que la Belgique vote pour le soutien financier européen dans la lutte contre le COVID-19 (information RTBF).

https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_soutien-financier-europeen-contre-le-coronavirus-a-cause-de-la-n-va-la-belgique-s-abstient?id=10471384

La Belgique s’est bel et bien abstenue hier lors du vote, au Conseil européen, des mesures visant à débloquer 37 milliards d’euros pour aider les 27 États membres à lutter contre le coronavirus.

C'est précisément la Représentation permanente de la Belgique auprès de l’UE qui a porté la voix de la Belgique. Notre pays a été le seul pays à ne pas voter en faveur de cette aide. Ce n’est pas tout à fait une surprise.

Déjà au Parlement européen

La semaine dernière, au Parlement européen, ces mesures d’aide ont été soumises au vote, et approuvées. Ce document montre que lors du vote du texte C9-0083/2020 (le petit nom du texte), le parlementaire tchèque Ivan David du groupe politique " Identité et Démocratie " (ID, extrême droite) a voté contre.

Quatre autres élus se sont abstenus : l’Estonien Jaak Madison (ID) et les trois élus N-VA (qui siègent dans le groupe ECR) : Geert Bourgeois, Assita Kanko et Johan Van Overtveldt. On notera donc que les trois élus Vlaams Belang, qui appartiennent au groupe ID, ont soutenu ce texte.

"Un scandale"

Comme souvent avec les nationalistes flamands, pour une question communautaire. Selon ce document, la Belgique recevra dans un premier temps, sans devoir rembourser, 37 millions d’un premier fonds dit de "cohésion". Le principe de ce fonds de cohésion, c’est qu’il vient d’abord en aide aux zones moins avancées économiquement. Cet argent, explique la Commission, doit servir uniquement pour l’achat d’équipements hospitaliers, de masques, etc.

Sur ces 37 millions, environ 16 millions iront à la Wallonie, 4,3 à Bruxelles, 9,6 à la Fédération Wallonie-Bruxelles et seulement 6,5 millions à la Flandre."Un scandale" pour le ministre-président flamand, le N-VA Jan Jambon.

Les nationalistes flamands auraient préféré une autre clé de répartition, basée non pas sur les principes du fonds de cohésion mais plutôt tenant compte du taux de contamination au virus (ce 31 mars, la Flandre représente 59% des cas).

Comme l’explique Geert Bourgeois, "en Italie, c’est la prospère Lombardie qui a besoin de soutien. La solidarité ne doit pas nous empêcher de réfléchir." Le gouvernement flamand en ce compris le CD&V, selon le député européen N-VA Johan Van Overtveldt, a refusé que la Belgique vote positivement.

Sans accord entre les régions, notre pays a donc dû s'abstenir. Le vote positif des 26 autres États membres permettra tout de même aux mesures de soutien d’être activées. Elles entrent en vigueur ce 1er avril.

 

Prolonger :

Coronavirus en Belgique: la N-VA et le VB (extrême-droite) dressent la population contre l'Europe, accuse Kathleen Van Brempt (sp.a)

La N-VA et le Vlaams Belang répandent de fausses informations sur la crise du coronavirus afin de dresser la population contre l'Union européenne par le biais d'attaques xénophobes, a accusé mardi l'eurodéputée Kathleen Van Brempt (sp.a). Sa collègue CD&V Cindy Franssen dénonce quant à elle le "coronationalisme" de la N-VA.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.