Marketing et financement des agents d'influences de la droite réactionnaire

Après avoir lancé des associations utilisant des techniques marketing pour récolter des dons autour de l’éducation et de la justice, Vincent Laarman a créé une société spécialisée dans les conseils de santé "alternatifs". Enquête sur un parcours atypique, et des méthodes qui ne le sont pas moins. Par Benoît Collombat et Cellule investigation de Radio France

https://www.franceculture.fr/societe/derriere-sos-education-le-business-de-la-sante-naturelle

Vincent Laarman, le fondateur de l’association SOS Éducation (dont la gestion des dons vient d’être épinglée par la Cour des comptes) et de l’Institut pour la justice est aujourd’hui à la tête d’un lucratif business autour de la santé naturelle, qui s’appuie sur une maison d’édition baptisée Santé Nature Innovation.  

Pour résumer sa philosophie, "on fait des coups, des actes de piraterie !", dit-il à plusieurs de ses collaborateurs, lors d’un séminaire de formation organisé le 21 juillet 2007. Ce long monologue de près d’une heure et demie, dont la cellule investigation de Radio France a pu consulter l’enregistrement, éclaire sa pensée et ses choix. 

"La méthode de Vincent Laarman est simple, résume la journaliste indépendante Clémence de Blasi. Il lance une association sur une cause qui émeut les gens, puis il fait signer des pétitions ouvrant ainsi la porte à d’autres sollicitations sur d’autres causes où l’on est fortement incité à faire des dons." (...)

 

Voir ég. :

De SOS Éducation au business de la santé naturelle : les étranges méthodes de Vincent Laarman

Après avoir lancé des associations utilisant des techniques marketing pour récolter des dons autour de l’éducation et de la justice, Vincent Laarman a créé une société spécialisée dans les conseils de santé "alternatifs". Enquête sur un parcours atypique, et des méthodes qui ne le sont pas moins.

 

Prolonger :

Un projet d'école embarrasse le canton de Vaud - Le Temps

La future Ecole du Mont-Pèlerin se propose d’accueillir à Lausanne les enfants dès 3 ans. Issus de la droite conservatrice française, les initiateurs du projet sont controversés

Association Pour un Environnement de Valeur (ASPEV)

Un étonnant et controversé business familial - La Voix du Nord

Selon nos sources, aucun salarié de Sercogest n’aurait jamais rencontré la PDG de l’entreprise, Marie-Laure Jacquemond. Étonnant quand on sait qu’elle est l’épouse du frère de Jan Laarman, Vincent Laarman. Militant ultra-libéral conservateur, Vincent Laarman est le fondateur, entre autres, de SNI Éditions pour qui travaillait Sercogest et que le magazine Que choisir qualifie de «  spécialiste autoproclamé de la médecine naturelle...

Médiapart : SOS-Education et extrême-droite ? et néolibéralisme ?

De SOS Education à la « santé naturelle », voyage dans la galaxie conservatrice des Laarman - Le Monde

Pionnière du militantisme par marketing direct, cette famille a créé et fait fructifier en trente ans un réseau d’associations qui sont autant de produits d’appel pour récupérer dons et fichiers d’adresses.

Vaccins, abeilles, vin bio : les machines à pétitions attaquent la planète - L'Obs

D’un côté, des associations qui multiplient les pétitions racoleuses. De l’autre, des entreprises spécialisées dans le marketing pour donateurs. Surprise : des deux côtés, on trouve les membres d’une même famille.

Agnès Verdier-Molinié, ou la « pédagogie » à coups de marteau : « sus à l’hôpital public » !

L’IFRAP, think tank ultra-libéral, est omniprésent dans les grands médias depuis dix ans, avec, pour seul et unique visage, celui de sa directrice Agnès Verdier-Molinié. Son projet pourrait se résumer à la remise en cause brusque et brutale de l’État social et des services publics, via des coupes budgétaires drastiques. Au cours de toutes ces années, l’hôpital public et les soignants – aujourd’hui en première ligne, éreintés par des décennies d’attaques libérales – ont donc été des cibles de choix du lobby.

Wasquehal Tout juste licenciés, les derniers salariés de Sercogest dénoncent une faillite frauduleuse - La Voix du Nord

La plate-forme téléphonique implantée en 2015 à Wasquehal par l’ancien premier adjoint Jan Laarman (LR) a été liquidée en janvier. Les quatre derniers salariés sur la trentaine qu’a comptée Sercogest viennent d’être licenciés. Persuadés d’être victimes d’une faillite frauduleuse, ils ont saisi la justice.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.