Boulevard de l'Exil

Paris, hiver 2018, je me promène sur les boulevards extérieurs du coté de la porte de la Chapelle sur le Boulevard Ney. Je constate avec stupéfaction, qu’ici dans la rue, vivent près du périphérique, au milieu de la circulation bruyante, polluante, un grand nombre de réfugiés.

Migrants © AFP

Paris, hiver 2018, je me promène sur les boulevards extérieurs du coté de la porte de la Chapelle sur le Boulevard Ney. Je constate avec stupéfaction, qu’ici dans la rue, vivent près du périphérique, au milieu de la circulation bruyante, polluante, un grand nombre de réfugiés.

Hommes, femmes, enfants, arrivées de tous les pays en guerre, en conflits, Soudan, Erythrée, Syrie, Afghanistan, après un très long voyage au péril de leur vie, par la mer, par la terre, par des réseaux de passeurs sans états d’âme qui ruinent les familles qui tentent de rejoindre le pays des droits de l’homme et de la liberté, que l’on nomme la France.

La France pays de Liberté, des droits de l’Homme ?

 Une belle utopie, mensonge puis hypocrisie, lorsque l’on constate comment ces courageux voyageurs, fuyant la misère en situation d’exil devenus apatrides, se retrouvent sur les trottoirs de la belle capitale, traités et considérés comme "des chiens abandonnés".

Que fais-tu France ? Ou sont passées tes valeurs d’antan ? Ton siècle des lumières, ta devise? Ta solidarité, liberté égalité, fraternité ? Quelle politique migratoire ? N’as-tu point honte de ton "censeur" ambiguë, obscure, soi-disant socialiste, ses propos, sa morale, incohérents, et son éthique douteuse; une certaine Anne H . Paris propre, sans ordures, sans voitures, sans prostitués, mais surtout sans Roms ni Réfugiés rien que pour la belle image des jeux et enjeux olympiques. La Marie Antoinette de la Mairie de Paris ; « Il n’ont plus de pain, qu’ils mangent de la brioche, ils ne sont pas de Paris qu’ils partent en Seine Saint Denis ou à Calais, Paris ne peut pas être un campement géant »

"Partez , Madame !!!" Vous n’êtes pas digne de Lutèce, ni de la Seine. Vous souffrez apparemment d’amnésie, vous, issue, d’une famille qui a immigré, qui a vécu les atrocités et les dérives de l’Espagne, du régime dictatorial et fasciste de Franco, comment pouvez-vous insulter, dénigrer, les Hommes de la sorte ?

« Paris, Calais ne sont pas une Jungle, sont des propos colonialistes »

La France du Purgatoire ou l’enfer de Dante.

Répression, répression tout comme le scandait Colette Magny dans sa chanson en 1972. Diviser pour mieux régner la souveraineté et ses Vassaux de Brice Hortefeux, Manuel Valls à Gérard Collomb aux privilèges ancrés, empreints au nom de la « sacro-sainte morale judéo-chrétienne » Le grand retour des croisades en arborant cette fois-ci le drapeau et le bouclier des intérêts économiques dans la course aveugle de la mondialisation avec comme « Chevalier de la table pyramidale, templier des banques ; Ave frater », Macron l’Amiénois qui fit serment devant les armoiries LREM Patriat Nostra, sous le bandeau.

Plus de place, ni de temps à perdre pour l’humain en provenance du tiers monde qui persiste à nous freiner dans notre quête, notre élan, pour la conquête du monde malgré le fait que ses terres restent notre grenier, notre puit à ressource en tous genres, toujours à dispositions, pétrole, uranium, gaz, diamant, schiste, etc…protégés, gardés par des intermédiaires aux esprits médiévaux, archaïques, dictateurs indétrônables, Vizirs et Sultans, Nababs, aux chefferies gardiennes de la république française en contrées lointaines.

La France est-elle devenue le purgatoire des immigrés ?

migrants 1 © AFP

Autrefois, on parlait du purgatoire comme d'un lieu de souffrance, dans lequel on expiait ses fautes. Ce n'était pas l'enfer, mais tout juste. Quelles fautes ont-ils commis avant de venir sur notre territoire ? Fuir la guerre, la famine, la pauvreté comme une dernière étape de plénitude avant une mort annoncée « Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu » (Mathieu, chapitre 5, verset 8.) « Heureux les survivants, ils verront Paris, la France, les plus intégrés auront des papiers voire la nationalité » (verset anonyme.) de qui se moque ce pays ?

Et Dieu dans tout cela ? comme le disait Jacques Chancel, partie de ping-pong entre religieux, honorables pongistes de la Bible, du Coran, de la Torah, dualité pour monothéistes cons, vaincus, victimes de courants de pensées divergents, claniques, enlisés dans les méandres d’une âme désespérée par des dogmes irrésolus à la recherche d’une entité salvatrice, reconvertis dans la propagande spirituelle à des fins Humanitaires ou Djihadistes.

Dante avait raison ad vitam aeternam. Tout ceci est une divine comédie. Réfugiés, clandestins, apatrides et autres immigrés fuyant l’apocalypse puis le chaos de leur pays natal traversant, bravant leur Styx, leur Achéron se retrouvent soudainement pris au piège dans l’illusion d’un « paradis français » qui dresse ses neufs cercles. Des limbes à la colère en passant par l’hérésie, la violence, la ruse puis la tromperie, la politique migratoire de la France affiche avec orgueil et ambition l’apogée de sa faiblesse et médiocrité face à des problématiques sociologiques puis politiques surgissant de son lourd passé colonial.

Emmanuel Macron peut il être considéré comme un Minotaure ? Perdra-t-il son fil d’Ariane au risque de chavirer puis faire naufrage dans son Phlégéthon ? vaste question l’avenir nous le dira.

Patrick Compas.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.